ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

Rapport d'activité pour le premier semestre 2001



Paperjam

Malgré ce contexte, les interventions de la SNCI devraient atteindre en 2001 un niveau plus élevé qu'en 2000, comme le laissent prévoir le niveau des nouvelles opérations décidées par les organes de la SNCI au cours du premier semestre 2001.

1. VUE D'ENSEMBLE DES OPÉRATIONS DE LA SNCI AU COURS DU PREMIER SEMESTRE 2001

Au cours du premier semestre 2001, le conseil d'administration de la SNCI a décidé des interventions financières pour un montant total de EUR 192,7 millions, contre EUR 87,3 millions accordés au cours de la même période de 2000.

2. CREDITS D'EQUIPEMENT

Cette formule de crédit, réservée aux entreprises de petite et moyenne dimension, est un moyen de financement à long terme recherché en raison de son taux d'intérêt fixe très avantageux, actuellement de 3% l'an. Le montant total des crédits d'équipement accordés a atteint EUR 17.132.720 au cours du premier semestre de l'exercice 2001, contre EUR 14.510.300 durant la même période de 2000, ce qui correspond à une augmentation de 18%. Le nombre de prêts a diminué de 85 à 77, soit une baisse de 9%. Il y a lieu de relever toutefois des évolutions différentes selon l'appartenance sectorielle des entreprises.

Les crédits d'équipement accordés au cours du premier semestre 2001 en faveur du secteur de l'industrie atteignent sensiblement le même niveau qu'en 2000. Ainsi les interventions totales sont passées de EUR 2.080.000 à EUR 2.058.000 (- 1%); le nombre de prêts diminue de 8 à 6.

Le secteur de l'artisanat reste le principal bénéficiaire de la formule des crédits d'équipement. Le volume total accordé passe de EUR 5.748.600 au 30 juin 2000 à EUR 7.754.820 au 30 juin 2001, soit une augmentation de 35%. Le nombre des prêts, quant à lui, s'établit à 41 contre 48 en 2000.

Le secteur du commerce enregistre pendant les six premiers mois de 2001 une forte augmentation par rapport à la même période de l'année précédente avec des crédits d'équipement accordés pour un montant de EUR 2.039.800, contre EUR 1.343.100 en 2000. Le nombre des interventions s'établit à neuf unités, tout comme au 30 juin 2000.

Avec EUR 5.280.100, les crédits d'équipement alloués au cours du premier semestre 2001 au secteur de l'hôtellerie et de la restauration enregistrent un léger tassement par rapport au montant de EUR 5.338.600 atteint en 2000. Par contre, le nombre des prêts augmente d'une unité.

3. PRETS A MOYEN ET A LONG TERME

Le volume des prêts à moyen et à long terme accordés au cours du premier semestre 2001 s'élève à EUR 10.915.000 pour sept prêts, contre EUR 47.290.000 pour onze prêts accordés au cours de la période correspondante de 2000.

Ces prêts contribuent au financement d'investissements d'extension des capacités de production existantes et au financement d'implantations d'entreprises nouvelles. Ainsi, ils contribueront à moyen terme à la création de quelque 95 emplois nouveaux dans diverses branches.

A relever aussi la participation de la SNCI à un consortium bancaire qui sera mis en place pour le financement d'une centrale TGV Turbine Gaz-Vapeur à Esch/Alzette.

Comme suite à la baisse générale des taux d'intérêt sur le marché des capitaux, le conseil d'administration de la SNCI a décidé d'adapter les taux d'intérêt avec effet au 1er mai 2001. Le taux d'intérêt applicable aux prêts à long terme (8 à 10 ans) a été ramené de 5,75% à 5,25% et celui applicable aux prêts à moyen terme (durée 5 ans) de 5,375% à 4,75% p.a..

Il échet de remarquer que les taux d'intérêt indiqués ci-dessus sont des taux nets ne comportant ni commissions ni frais supplémentaires. Par ailleurs, il s'agit de taux fixes pour toute la durée des prêts en question et les bénéficiaires des prêts SNCI ont la possibilité d'effectuer, à tout moment, des remboursements anticipés sans pénalités.

4. PRETS A L'INNOVATION

Au cours du premier semestre 2001, la SNCI a accordé un prêt à l'innovation pour un montant de EUR 315.000.

Le taux d'intérêt applicable aux prêts à l'innovation est de 4% depuis le 1er mai 2001.

5. PRISES DE PARTICIPATION ET PRÊTS PARTICIPATIFS

Au cours de la période sous revue le conseil d'administration de la SNCI a décidé quatre prises de participation pour un montant total de EUR 64.312.501.

Les prises de participation concernent

- la société CTI Systems ayant bénéficié d'une augmentation de capital en vue de financer un nouveau plan d'affaire sur 5 ans;

- la société SES Gobal S.A. au profit de laquelle la SNCI s'est engagée à souscrire à une augmentation de capital à intervenir dans le cadre d'une émission d'actions en vue du financement de l'acquisition de GE Americom, aux Etats-Unis;

- les sociétés Primorec et Securewave, sociétés nouvelles auxquelles la SNCI a apporté son concours en vue de leur lancement industriel et commercial.

Dans le cadre de l'opération de financement de l'acquisition de GE Americom par SES, la SNCI a participé avec une quarantaine d'autres banques à un consortium bancaire pour mettre sur pied le financement nécessaire.

6. AUGMENTATION DE CAPITAL

Le Gouvernement a décidé avec effet au 30 juin 2001 de renforcer les fonds propres de la SNCI en apportant une tranche de capital supplémentaire de EUR 36,7 millions. Ce montant vient s'ajouter au capital souscrit et libéré de EUR 126,7 millions et permettra à la SNCI de continuer à jouer son rôle de banque de développement de l'économie luxembourgeoise, notamment dans le domaine des prises de participation.

La libération de capital s'est faite sous la forme d'apport de participations de l'Etat à la SNCI. Il s'agit en l'occurrence d'une partie de la participation de l'Etat dans le capital de CEGEDEL S.A. et de SOTEG S.A. (réseau de distribution de gaz naturel) et de l'intégralité de sa participation dans ARES S.A..

7. CAPITAL-RISQUE

En juin 1998, la SNCI avait initié la création de la Société luxembourgeoise de capital-développement pour les PME S.A. (CP-PME) au capital de EUR 2,5 millions dont elle détient 50% ; cinq banques de la place luxembourgeoise se partagent l'autre moitié du capital. L'objet de CD-PME est de renforcer les fonds propres de PME industrielles, artisanales ou prestataires de services qui mettent en oeuvre des projets novateurs et créateurs d'emplois. Le caractère novateur peut se traduire au niveau des produits, des services, des procédés, des marchés ou du concept commercial. Au cours du premier semestre 2001, CD-PME, dont la gestion journalière est assurée par la SNCI, a octroyé des prêts participatifs et pris des participations dans cinq entreprises pour un montant total de EUR 575.000. Depuis sa création CD-PME a contribué au financement de onze projets pour un montant total de EUR 1,7 million.

Depuis l'exercice 2000, la SNCI, ensemble avec le Fonds Européen d'Investissement et d'autres investisseurs bancaires et institutionnels de la place, détient une participation dans le fonds d'investissement New Tech Venture Capital Fund S.C.A. pour un montant de EUR 2.500.000. L'objet de ce fonds est de financer des entreprises de la nouvelle économie au Luxembourg et en Europe en phase de création, d'amorçage et de développement. Depuis sa création, le fonds a investi dans neuf entreprises pour un montant total de EUR 15,7 millions. L'initiative se situe dans le droit fil des objectifs économiques du Gouvernement luxembourgeois qui vise le développement du Luxembourg en tant que site technologique ainsi que l'essor du marché du capital-risque. D'ores et déjà, la SNCI et NTVC ont coinvesti dans un projet luxembourgeois.

Au niveau régional, il y a lieu de mentionner la participation de la SNCI pour un montant de deux millions d'euros, en tant que porteur de fonds communautaires, dans le fonds de capital à risque EUREFI. Le fonds se propose d'accompagner les entreprises qui envisagent des développements transfrontaliers et qui sont établies dans l'espace géographique couvrant les départements français des Ardennes, de la Meurthe-et-Moselle, de la Meuse et de la Moselle, les provinces belges du Luxembourg et de Namur et le territoire du Grand-Duché de Luxembourg. EUREFI dispose d'un capital de EUR 22,3 millions et a accordé des financements sous forme d'obligations convertibles et de prises de participation pour un montant total de EUR 13,2 millions en investissant dans quarante-cinq sociétés.