ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

François Biltgen et Jeannot Krecké au séminaire "Une politique européenne en faveur des industries culturelles"



Paperjam

Ce séminaire a eu lieu les 20 et 21 avril 2005 au Centre culturel de rencontre Abbaye de Neumünster et a été ouvert par François Biltgen, ministre de la Culture, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Les industries culturelles dans l'Union européenne

Les secteurs du livre et de la musique représentent deux secteurs innovateurs et compétitifs de l'économie européenne et jouent un rôle de plus en plus important en Europe. Ils contribuent avant tout au développement d'une société pluraliste et bien informée. D'où la nécessité d'encourager les industries culturelles à travers une politique européenne appropriée afin de contribuer à la sauvegarde de la liberté d'expression et de la diversité culturelle.

Lors du premier jour, les conférences ont traité des sujets suivants:

l'impact des industries culturelles sur l'emploi en Europe,
le poids économique des industries culturelles dans l'Union européenne,
les obstacles et défis auxquels sont confrontées les industries culturelles,
les défis de la promotion musicale internationale,
la publication au Luxembourg,
les activités de formation,
les expériences positives,
les actions expérimentales,
les projets pilotes.

Le point de vue économique de l'industrie culturelle

Le ministre de l'Économie et du Commerce extérieur, Jeannot Krecké, a prononcé un discours sur les aspects économiques de l'industrie culturelle. Il a insisté sur le fait que les industries culturelles représentent un secteur important de l'économie en Europe, car elles y représentent près de 5% du PNB. Le secteur musical occupe à lui seul environ 600.000 emplois dans l'Union européenne. Ces industries ont donc logiquement leur rôle à jouer dans l'essor de l'économie.

Les industries culturelles regroupent les secteurs qui conjuguent la création, la production et la commercialisation de biens et de services culturels. C'est une industrie qui relève presque entièrement du droit d'auteur et qui recouvre l'édition, le multimédia, le cinéma, l'audiovisuel, l'artisanat et le design.

Jeannot Krecké a souligné que "l'industrie culturelle comporte heureusement aussi des aspects non économiques! Ainsi, la beauté n'a pas de prix!" Il a également insisté sur le fait qu'il fallait soutenir le secteur dans les domaines où "une identité culturelle est en jeu".

Le ministre de l'Économie et du Commerce extérieur a ensuite brossé un portrait de la situation au Luxembourg avant de parler de la situation mondiale. Le Luxembourg accueille depuis longtemps des entreprises participant à la diffusion des produits de l'industrie culturelle, tels que des radiodiffuseurs internationaux (RTL), des sociétés de satellites (SES) et, plus récemment, une entreprise offrant des services de téléchargement d'œuvres musicales (Apple, iTunes). Des entreprises de commerce électronique comme AOL s'implantent également au Luxembourg.

De plus, le pays dispose d'une production cinématographique importante. Cependant, près de 85% des films diffusés mondialement dans les salles sont produits à Hollywood. En effet, le ministre s'est inquiété de la situation globale qui est caractérisée par l'émergence de grands groupes mondiaux à forte intégration verticale depuis les années 1990 (le même groupe suit un produit de sa création et sa production à sa commercialisation, sans compter les produits dérivés, parcs d'attraction, etc.). Ainsi, dans l'industrie musicale, les quatre majors tiennent 80% du marché mondial.

Ensuite, le ministre, qui a dans ses attributions la protection de la propriété intellectuelle, a noté que le secteur repose en grande partie sur le droit d'auteur. Il a aussi rappelé l'important problème lié au piratage et il a salué le lancement de Luxorr. Cet organisme de gestion collective de droits de propriété intellectuelle veillera désormais au respect de cette "monnaie de la société de la connaissance" que sont les droits d'auteur. Le ministre a conclu en soulignant que, même en tant que petit secteur de l'économie luxembourgeoise, les industries culturelles avaient un rôle important à jouer.

Le futur programme communautaire culture 2007

Le séminaire a en outre permis aux intervenants de formuler des propositions concrètes qui pourront seconder la création d'outils efficaces pour les industries culturelles dans le cadre du futur programme communautaire culture 2007.

Le deuxième jour du séminaire s'est concentré avant tout sur le secteur musical du Luxembourg. Les intervenants (fonctionnaires communautaires, acteurs culturels et socioéconomiques....) ont été invités à confronter leurs points de vue et à déterminer les thématiques prioritaires pour les politiques communautaires des années à venir.