COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

INVESTISSEMENTS & ETF

Comment l’IA redessine notre économie



Comment l'IA redessine notre économie  ( Crédit : Lyxor ETF )

Comment l'IA redessine notre économie ( Crédit : Lyxor ETF )

Les avancées dans les domaines de la robotique et de l’Intelligence Artificielle continuent de bouleverser nos sociétés. Dans quelles mesures l’IA représente-t-elle un immense potentiel pouvant transformer tous les secteurs de notre économie? Lyxor ETF donne la parole au célèbre futuriste Martin Ford.

Dans notre précédent article, “ Votre ETF robotique tient-il la distance ? ”, Martin Ford soulignait l’importance de l’Intelligence Artificielle pour au moins les 10 ou 20 prochaines années dans tous les secteurs de la santé à l’automatisation des transactions financières, en passant par les moteurs de recommandation en ligne utilisés par les marques grand public.

Pourquoi considérer que l’IA est une force appelée à transformer la quasi-totalité des secteurs ?

MF : Les preuves que l’intelligence artificielle se mue rapidement en une technologie systémique se multiplient. En juillet 2019, Microsoft a par exemple investi un milliard de dollars dans l’association de recherche OpenAI implantée à San Francisco. OpenAI a pour objectif de développer une IA véritablement avancée, à la mesure de l’intellect humain, une tentative qui pourrait prendre plusieurs décennies pour aboutir. Par ailleurs, les recherches menées par OpenAI donneront naissance à de nombreuses applications pratiques pour Microsoft, destinées tant à ses activités opérationnelles qu’à sa plateforme de cloud Azure. L’intégration des puissantes capacités de l’IA aux plateformes de cloud ainsi que la concurrence féroce dans ce domaine entre les acteurs majeurs comme Amazon, Microsoft et Google transforment le cloud en principal canal pour amener l’intelligence artificielle dans la quasi-totalité des secteurs.

En quoi ces transformations sont-elles le reflet des composantes de l’indice Rise of the Robots ?

MF : L’indice SG Rise of the Robots entend identifier des entreprises cotées en bourse, qui sont susceptibles de bénéficier de la révolution en marche de l’IA et de la robotique. L’indice englobe un large éventail d’entreprises à l’origine d’innovations dans des domaines directement liés à l’IA et à l’automatisation. La stratégie quant à elle s’appuie sur la conviction que l’intelligence artificielle devient rapidement une sorte de service aux collectivités, une force appelée à gagner en ampleur et à révolutionner l’ensemble de l’économie mondiale. L’indice se compose ainsi d’entreprises œuvrant dans diverses branches extérieures au secteur technologique, qui sont en mesure d’exploiter ces technologies dans leurs modèles d’affaires.

Un indice hybride conçu donc pour évoluer avec le temps…

MF : À la fin de chaque année civile, l’univers des entreprises susceptibles de rejoindre l’indice Rise of the Robots est actualisé. L’univers regroupe des titres qui sont de bons candidats pour l’indice, à l’aune de facteurs tels que la stratégie d’entreprise et l’orientation technique sur l’IA ou la robotique. Les entreprises qui sont effectivement intégrées dans l’indice sont sélectionnées à l’aide d’algorithmes fondés sur plusieurs ratios financiers, dont la part des dépenses de recherche et développement ramenées aux ventes nettes, le rendement du capital investi et la croissance des ventes sur 3 ans. Par conséquent, l’indice est géré selon un système hybride, qui associe l’examen annuel des entreprises éligibles à une approche purement systématique de la sélection des titres au sein de cet univers éligible. Pour 2020, l’actualisation passe par l’ajout des univers suivants : le cloud, l’impression 3D, la télésanté, le séquençage génétique…

Pouvez-vous en dire plus sur les mises à jour en 2020 ?

MF : Parmi les entreprises du secteur des technologies de l’information qui ont intégré l’indice cette année, Cloudera, basée à Palo Alto (Californie), offre une large gamme de logiciels et de services orientés sur le cloud professionnel. L’entreprise se concentre largement sur les outils permettant à ses clients d’exploiter les ressources du cloud dans l’apprentissage automatique et les applications d’IA.

Implanté au Royaume-Uni, AVEVA Group, Plc est l’un des premiers fournisseurs de logiciels industriels et d’ingénierie. L’entreprise intègre les capacités de l’intelligence artificielle à des fins d’accroissement de la productivité pour divers secteurs, dont la chimie, l’agroalimentaire, les sciences de la vie, le pétrole et gaz et l’industrie minière. Elastic, N.V., créée aux Pays-Bas et qui a désormais son siège dans la Silicon Valley, développe des logiciels d’IA destinés à la recherche et à l’extraction de données.

Au nombre des entreprises des secteurs de la santé et des sciences de la vie qui ont rejoint l’indice, BioTelemetry, Inc. (Pennsylvanie) produit des dispositifs intelligents actuellement utilisés pour le télémonitorage cardiaque de plus d’un million de patients. L’entreprise est très bien positionnée pour exploiter l’IA afin d’extraire de précieuses connaissances de ces données.

L’entreprise de séquençage génétique Illumina, Inc., dont le siège est à San Diego (Californie), se sert de l’IA et de l’apprentissage automatique pour rechercher des mutations du génome de patients atteints de maladies génétiques, une innovation qui pourrait ouvrir la voie à des traitements. La technologie de séquençage génétique d’Illumina a été utilisée en janvier lors d’une des premières tentatives de séquencer le génome du coronavirus qui, à l’époque, faisait son apparition à Wuhan en Chine. Implantée à Mountain View (Californie), Omnicell Inc fabrique des robots de pharmacie permettant d’automatiser intégralement les préparations de médicaments dans les hôpitaux.

Ont également été ajoutées l’entreprise belge Materialize NV, un leader mondial de l’impression 3D, ainsi que GEA Group AG, sise à Düsseldorf (Allemagne) et qui est spécialisée dans les systèmes d’automatisation avancés pour les industries de l’alimentation et des boissons. Soit 27 nouvelles composantes éligibles permettant d’atteindre un total de 248 titres, parmi lesquels 150 font l’objet d’une sélection systématique en vue de leur intégration dans l’indice.

Le mot de la fin

MF : Cette sélection de titres pertinents résulte en un véhicule d’investissement qui bénéficie d’un positionnement unique pour tirer profit de l’énorme valeur susceptible d’être générée par l’utilisation de l’IA et de la robotique dans la quasi-totalité des secteurs économiques.

Si vous êtes un investisseur professionnel et souhaitez en savoir plus sur la gamme de Lyxor ETF dans ce domaine, nous vous invitons à visiter  notre site internet  

Retrouvez l’intégralité de Investissements & ETF

Martin Ford est un futuriste qui s’attache à analyser l’impact de l’intelligence artificielle et de la robotique sur la société et l’économie. Auteur de l’ouvrage « Rise of the Robots: Technology and the Threat of a Jobless Future », il exerce en tant que consultant auprès de la Société Générale, qui a conçu l’indice. Source: Lyxor International Asset Management, avril 2020.

Informations importantes

Le présent article est publié à titre strictement informatif et ne constitue pas un conseil d’investissement. Lyxor ETF n’appuie ni ne promeut les sociétés citées dans cet article, de quelque façon que ce soit. Les opinions exprimées dans le présent article sont celles de Martin Ford. Elles n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de Lyxor International Asset Management ou de la Société Générale. Capital à risque. Veuillez lire notre Avertissement en matière de risque ci-dessous.

Ce document est destiné exclusivement à des investisseurs agissant pour compte propre et appartenant à la classification «contreparties éligibles» ou «clients professionnels  au sens de la directive 2014/65/EU relative aux marchés d’instruments financiers.

Ce document est de nature commerciale et non règlementaire. Avant tout investissement dans ce produit, les investisseurs sont invités à se rapprocher de leurs conseils financiers, fiscaux, comptables et juridiques. Il appartient à chaque investisseur de s’assurer qu’il est autorisé à souscrire ou à investir dans ce produit.

Les UCITS ETFs Lyxor sont des fonds français ou luxembourgeois, agréés respectivement par l’Autorité des marchés financiers ou la Commission de Surveillance du Secteur Financier, et dont les parts ou actions sont autorisées à la commercialisation dans plusieurs pays européens (les Pays de Commercialisation) conformément à l’article 93 de la Directive 2009/65/CE. Lyxor International Asset Management (LIAM) recommande aux investisseurs de lire attentivement la rubrique «Profil de risque» de la documentation produit (prospectus et DICI, le cas échéant). Le prospectus en français (pour les UCITS ETFs français) ou en anglais (pour les UCITS ETFs luxembourgeois),  ainsi que le DICI dans les langues des Pays de Commercialisation sont disponibles gratuitement sur  www.lyxoretf.com   ou sur demande auprès de  client-services-etf@lyxor.com  .

La composition actualisée du portefeuille d’investissement des UCITS ETFs Lyxor est mentionnée sur le site  www.lyxoretf.com  . En outre, la valeur liquidative indicative figure sur les pages Reuters et Bloomberg du produit et peut également être mentionnée sur les sites internet des places de cotation du produit. Les UCITS ETFs font l’objet de contrats d’animation qui visent à assurer la liquidité du produit en bourse, dans des conditions normales de marché et de fonctionnement informatique. Les parts ou actions de l’OPCVM coté («UCITS ETF») acquises sur le marché secondaire ne peuvent généralement pas être directement revendues à l’OPCVM coté. Les investisseurs doivent acheter et vendre les parts/actions sur un marché secondaire avec l’assistance d’un intermédiaire (par exemple un courtier) et peuvent ainsi supporter des frais. En outre, il est possible que les investisseurs paient davantage que la valeur nette d’inventaire actuelle lorsqu’ils achètent des parts /actions et reçoivent moins que la valeur nette d’inventaire actuelle à la revente.

Ces produits comportent un risque de perte en capital. Leur valeur de remboursement peut être inférieure au montant investi. Dans le pire des scénarii, les investisseurs peuvent perdre jusqu’à la totalité de leur investissement. Il n’y a aucune garantie que l’objectif du fonds soit atteint. Le fonds peut ne pas toujours être en mesure de répliquer parfaitement la performance de(s) (l’) indice(s).

Les indices et marques utilisées dans ce document sont la propriété intellectuelle des sponsors d’indices et leur utilisation est soumise à licence. Les UCITS ETFs Lyxor ne bénéficient pas, de quelque manière que ce soit, du parrainage, du soutien ou de la promotion des sponsors d’indices, qui n’assument aucune responsabilité en lien avec ces produits.

Les indices ne sont ni parrainés, ni approuvés, ni vendus par Société Générale ou LIAM. Ni Société Générale ni LIAM n’assumeront une quelconque responsabilité à ce titre.

Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas enregistrées en vertu du U.S. Securities Act de 1933, tel que modifié (le U.S. Securities Act) et ne peuvent être ni offertes, ni cédées, ni transférées, ni transmises, ni attribuées aux États-Unis d’Amérique ou à tout ressortissant américain (US Person) tel que ce terme est défini par la Réglementation S de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières (Regulation S of the US Securities Act). Les parts ou actions des UCITS ETFs ne seront pas offertes à des US Persons. Les parts ou actions des UCITS ETFs seront offertes uniquement en dehors des États-Unis d’Amérique à des personnes n’étant pas des ressortissants américains (non-US Persons).

Aux fins des présentes, une US Person désigne, mais sans s’y limiter, toute personne physique résidant aux États-Unis d’Amérique, toute entité organisée ou constituée en vertu du droit des États-Unis d’Amérique, certaines entités organisées ou constituées en dehors des États-Unis d’Amérique par des ressortissants américains, ou tout compte détenu au profit d’un tel ressortissant américain.

Ce document ne constitue, de la part de Société Générale, LIAM ou l’une de leur filiale, ni une offre, ni la sollicitation d’une offre en vue de l’achat ou de la vente du produit qui y est décrit.

Lyxor International  Asset Management (LIAM) est une société de gestion française agréée par l’Autorité des marchés financiers et conforme aux dispositions des Directives OPCVM (2014/91/EU) et AIFM (2011/61/EU). Société Générale est un établissement de crédit (banque) français agréé par l’Autorité de contrôle prudentiel.