LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

L’AGENDA CULTUREL DE LA SEMAINE (7/10)

Des bijoux, des Congés Annulés, de l’art solidaire et de la photo à Clervaux



White Night, Niamey, Niger 2000.  Exposition à la Cité de l’image de Clervaux.  (Photo; Gilles Coulon)

White Night, Niamey, Niger 2000. Exposition à la Cité de l’image de Clervaux.  (Photo; Gilles Coulon)

Chaque lundi pendant l’été, Paperjam dégote pour vous les meilleurs plans culturels et les événements à ne pas rater. Cette semaine, on vous parle d’un atelier créatif, d’expositions en ville et à Clervaux et d’un concert aux Rotondes…

Pourquoi ne pas laisser s’exprimer sa créativité en ce début de semaine en participant à l’atelier de confection de bijoux organisé ce mardi 18 août par le Kulturhaus Niederanven avec la créatrice Veronica Di Leo? Passionnée du fait-main, Veronica propose de présenter diverses techniques et matières pour créer soi-même bracelets, colliers et autres boucles d’oreilles…

Dans un tout autre style, la Galerie Indépendance de la BIL Luxembourg propose tout au long de l’été son exposition relative à l’initiative Art2Cure , qui vise à lever des fonds pour la recherche médicale à l’Université du Luxembourg et plus particulièrement cette année pour celle sur le Covid-19. Les visiteurs, qui peuvent accéder à l’exposition tous les jours de la semaine de 8h à 18h, y découvrent le travail d’artistes locaux tels que JKB Fletcher, Diane Jodes, Sumo, Joachim Van der Vlugt, Julie Wagner et Martine Pinnel

Ce jeudi 20, si vous n’avez pas encore profité de l’ambiance incomparable des Congés Annulés aux Rotondes, vous pourrez encore peut-être profiter du concert (ou de l’après-concert à la Buvette le cas échéant) du duo luxembourgeois Francis of Delirium , mené par le tout jeune génie de 18 ans Jana Bahrich dont la puissance indie rock ne cesse d’étonner…

Enfin, le week-end est un moment particulièrement propice à une excursion culturelle à la Cité de l’image de Clervaux, qui propose à partir de cet été l’exposition «White Night» du photographe Gilles Coulon . Ce dernier y montre les facettes du néon dans toute sa splendeur superflue et dans tout son charme inattendu. «White Night» condamne l’obscurité de la nuit et éteint ainsi les étoiles. L’apparence que l’artiste réserve aux néons et à leur lumière est à la fois pesante et lyrique, uniforme et brute…