PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Chronique des chefs économistes

L’avenir de l’investissement responsable



James Purcell, group head of ESG Investment chez Quintet Private Bank. (Photo: Quintet Private Bank)

James Purcell, group head of ESG Investment chez Quintet Private Bank. (Photo: Quintet Private Bank)

Alors que les avantages environnementaux à court terme du confinement ne dureront pas, les investissements ESG vont évoluer de manière différente et inattendue, estime James Purcell, group head of ESG Investment chez Quintet Private Bank.

À New York, les niveaux de monoxyde de carbone ont baissé de 50% depuis le début du confinement, tandis qu’à Adélaïde, en Australie, un kangourou a récemment été filmé en train de sauter nonchalamment dans des rues urbaines désertes.

Avec le Covid-19 qui paralyse une grande partie de l’économie mondiale, les activistes du monde entier ont appelé les gouvernements à adopter les tendances écologiques actuelles et à «reconstruire mieux».

Avec beaucoup moins de voitures sur les routes, d’avions dans les airs et d’usines crachant de la fumée, notre ciel est incontestablement plus propre. En conséquence, 2020 verra la diminution des émissions que des militants écologistes comme Greta Thunberg ont appelée de leurs vœux avec passion – et que de plus en plus de gens considèrent désormais comme possible.

Le contrepoint, auquel je souscris, est que la pollution reviendra inévitablement lorsque l’activité économique redémarrera. La probabilité d’une reconstruction verte menée par les gouvernements, en particulier avec la baisse des prix du pétrole, semble de plus en plus faible. Pour l’environnement, 2020 ne sera guère plus que l’équivalent d’un «mois sans alcool» suivi d’une sévère gueule de bois.

Le changement sera social

Cependant, les investissements ESG – qui tiennent compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance – continueront, avec un domaine en particulier qui connaîtra des changements profonds. Ce changement sera social, le «S silencieux» des ESG.

Si les critères sociaux peuvent être délicats à définir et à mesurer, il n’est pas nécessaire d’avoir un doctorat pour distinguer une entreprise socialement bonne d’une mauvaise. Il suffit de poser quelques questions assez fondamentales: l’entreprise traite-t-elle bien ses employés et respecte-t-elle les priorités de ses clients? Ses politiques et ses actions reflètent-elles les valeurs de la société dans son ensemble? Sont-elles exclusivement axées sur le bien – et aussi sur le bien pour toutes leurs parties prenantes?

Même si ce genre de priorités est fixé par la direction, aucune entreprise ne fonctionne de manière isolée. Au contraire, elles agissent en relation avec la société dans laquelle elles opèrent et, en particulier, sont façonnées par la volonté collective de leurs employés.

C’est là que le Covid-19 entre en jeu.

Plus nous restons éloignés l’un de l’autre – en communiquant par le biais d’appels vidéo instables –, plus les moyens que nous trouvons pour nous soutenir mutuellement et nous rapprocher sont puissants et persistants. Aujourd’hui déjà, il est devenu acceptable de se joindre à une conférence téléphonique tout en faisant rebondir un bébé sur ses genoux. Ne pouvant plus encadrer étroitement leurs employés, les managers ont appris rapidement la valeur de la confiance.

Les barrières et les plafonds de verre seront brisés par des salariés plus productifs et plus confiants.

James Purcell,  group head of ESG Investment ,  Quintet Private bank

Je crois fermement que l’un des effets positifs durables du coronavirus sera une main-d’œuvre plus autonome et plus flexible. Cette main-d’œuvre englobe les mères et les pères, et intègre les personnes actuellement marginalisées en raison de leur handicap, grâce à l’aménagement de bureaux à domicile. Les barrières et les plafonds de verre seront brisés par des salariés plus productifs et plus confiants.

En tant qu’investisseurs, nous devons suivre de près ces évolutions.

Les entreprises qui répondent positivement à ces tendances seront beaucoup mieux placées pour gagner la confiance de leurs employés, de leurs clients et des communautés. Elles gagneront la guerre des talents sur un marché où la création de valeur est de plus en plus déterminée par des facteurs intangibles, tels que la propriété intellectuelle et les effets de réseau. Les entreprises qui n’évoluent pas souffriront probablement de l’attrition des talents et d’une image de marque dégradée, ce qui affectera leurs lignes de fond.

C’est pourquoi je crois qu’à une époque où tous les yeux sont rivés sur le «E» de l’ESG, un changement réel et durable sera induit par le «S silencieux».