ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

Bruno Domingues Rodrigues (gérant technique)

«Un mélange de secteurs d’activité peut être bénéfique»



Bruno Domingues Rodrigues: « Notre société a une moyenne d’âge de 39 ans. Nous voulons proposer et trouver des solutions pour motiver les jeunes à avoir envie de s’investir dans l’artisanat.» (Photo: DecoRenov)

Bruno Domingues Rodrigues: « Notre société a une moyenne d’âge de 39 ans. Nous voulons proposer et trouver des solutions pour motiver les jeunes à avoir envie de s’investir dans l’artisanat.» (Photo: DecoRenov)

Le Paperjam + Delano Club accueille un nouveau membre: DecoRenov. Présentation en trois questions.

Pouvez-vous, en quelques mots, résumer l’activité de votre société?

Bruno Domingues Rodrigues. – «Nous sommes une société de rénovation générale, notre plus grand atout, ce sont nos décorateurs d’intérieur avec une expérience de plus de 20 ans dans le domaine, ce qui nous permet d’avoir plusieurs possibilités de conseils d’aménagement pour nos clients. De la démolition à la fourniture et à la pose de meubles sur mesure, notre société réalise des prestations clés en main.

Vous venez de rejoindre le Paperjam + Delano Club. Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à le faire?

«Tout d’abord, nous cherchons à faire connaître notre façon de travailler au grand public ainsi qu’aux autres professionnels. Ensuite, nous cherchons à agrandir notre réseau et à rencontrer de nouvelles personnes parce que nous croyons qu’un mélange de secteurs d’activité peut être bénéfique pour l’artisanat et pour l’évolution de chacun.

Qu’y recherchez-vous? Et que pensez-vous pouvoir proposer aux membres que vous allez y rencontrer?

«Nous cherchons de potentiels collaborateurs motivés et avec l’envie de trouver des solutions concernant l’un des plus grands problèmes dans l’artisanat, c’est-à-dire la main-d’œuvre. Notre société a une moyenne d’âge de 39 ans, donc nous voyons loin dans le futur, nous avons des idées et nous voulons proposer et trouver des solutions pour motiver les jeunes à avoir envie de s’investir dans l’artisanat.»