POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Brexit

Les adieux d’«amis de longue date»



304265.jpg

L’Union à 27 pourra peut-être se montrer plus unie, et donc plus forte. (Photo: Shutterstock)

Les présidents de la Commission, du Conseil et du Parlement européens ont publié, ce 31 janvier, un texte d’adieu commun à l’attention du partenaire britannique. Ils émettent autant de regrets que d’espoir pour un avenir plus radieux.

À quelques heures du Brexit, les présidents des trois grandes institutions européennes, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, Charles Michel, président du Conseil européen, et David Maria Sassoli, président du Parlement européen, ont publié un texte commun teinté de nostalgie et d’espoir concernant le renouveau européen.

«Lorsque viendra la nuit ce soir, le soleil se couchera sur plus de 45 années d’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne. Pour nous, les présidents des trois principales institutions de l’UE, comme pour tant d’autres personnes, cette journée sera inévitablement empreinte de réflexion et d’émotions mélangées», entament-ils.

Une pièce essentielle de la mosaïque

Dans ce texte, les trois dirigeants mettent en avant la créativité, l’ingéniosité, la culture et les traditions du peuple britannique, «qui ont constitué une pièce essentielle de la mosaïque qu’est notre Union».

Les trois présidents, tout en rappelant qu’ils regrettent le choix du Royaume-Uni, rappellent que, selon eux, l’accord est équitable, et «garantit que des millions de citoyens de l’UE et du Royaume-Uni continueront de voir leurs droits protégés là où ils ont décidé de vivre».

Regardant désormais vers l’avenir, ils se disent prêts à faire preuve d’ambition pour établir un partenariat «entre amis de longue date».

«Bien que n’étant plus membre de l’UE, le Royaume-Uni continuera à faire partie de l’Europe. Notre géographie et notre histoire communes, ainsi que les liens noués dans tellement de domaines, nous unissent de manière indéfectible et font de nous des alliés naturels», insistent-ils.

«Plus forts lorsque nous nous unissons»

Mais sans citer nommément les discussions âpres autour du Brexit, Ursula von der Leyen, Charles Michel et David Maria Sassoli font le constat que ces dernières années ont rapproché les 27 États qui forment désormais l’Union européenne. «Elles nous ont rappelé à tous que l’Union européenne ne se résume pas à un marché ou à une puissance économique, mais qu’elle incarne des valeurs que nous partageons et défendons tous. Elles nous ont rappelé à quel point nous sommes plus forts lorsque nous nous unissons.»