POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Commémoration

20 ans après le 11 Septembre: une mémoire générationnelle



Un mur de granit commémoratif du 11 Septembre sur lequel sont gravés des noms à l’intérieur d’Eagle Rock Reservation, à West Orange, dans le New Jersey, rend hommage aux victimes des attaques terroristes de 2001, vu en 2012. (Photo: Glynnis Jones/Shutterstock)

Un mur de granit commémoratif du 11 Septembre sur lequel sont gravés des noms à l’intérieur d’Eagle Rock Reservation, à West Orange, dans le New Jersey, rend hommage aux victimes des attaques terroristes de 2001, vu en 2012. (Photo: Glynnis Jones/Shutterstock)

Ce samedi 11 septembre, les États-Unis d’Amérique commémorent les deux décennies qui se sont écoulées depuis la plus grande attaque terroriste sur le sol américain, qui a coûté la vie à 2.996 personnes, mais a également changé le cours de la politique étrangère américaine.

Le président Joe Biden se rendra sur les trois sites des attentats du 11 Septembre: Ground Zero à Manhattan, le Pentagone et Shanksville, en Pennsylvanie. Les deux premiers ont été le théâtre de nombreuses victimes, tandis que le troisième rappelle le courage des passagers qui ont pris d’assaut le cockpit de l’avion à destination de Washington.

«C’est vraiment le genre de mémoire générationnelle, c’est le genre d’événements qui marquent une génération, comme l’assassinat de Kennedy pour les générations précédentes. Tout le monde se souvient de l’endroit où il se trouvait et de ce qu’il faisait. Je peux certainement me souvenir encore très clairement de ce jour. J’étais au Royaume-Uni à l’époque», se souvient Robert Harmsen , professeur de sciences politiques à l’Université du Luxembourg. «Nous le regardions en temps réel et ensemble, collectivement. Le seul véritable écran à l’époque était un écran de télévision et tout le monde était fixé sur son écran de télévision et regardait cela avec un mélange d’horreur et de captivation. D’un côté, vous ne pouviez pas croire ce qui se passait et pourtant, d’un autre côté, vous ne pouviez pas détourner le regard.»

Ce sentiment se reflète dans la mémoire de ceux qui étaient en vie à l’époque et surtout de ceux qui vivent aux États-Unis. Les statistiques du Pew Research Center montrent que plus de 90% des Américains âgés de 30 à 80 ans disent se souvenir exactement de l’endroit où ils se trouvaient ou de ce qu’ils faisaient au moment où ils ont appris la nouvelle des attentats du 11 Septembre. Alors que pour les moins de 30 ans, ce chiffre est plus proche de 40%.

Traditionnellement, les commémorations du 11 Septembre aux États-Unis ont été largement sombres et apolitiques. Le souvenir partagé du jour des attentats avait conduit à ce que cette journée de commémoration soit marquée par un sentiment d’unité. «Il y a toutes sortes d’autres conséquences politiques, de leçons et d’utilisations au-delà de cela, mais je pense que le jour lui-même a cette qualité presque sacrée», déclare M. Harmsen. Il ne s’attend pas à ce que cette journée soit éclipsée par le récent retrait des troupes américaines d’Afghanistan, qui a été suivi par la reprise du contrôle du pays par les talibans.

«Après 20 ans de guerre en Afghanistan, j’ai refusé d’envoyer une autre génération de fils et de filles de l’Amérique pour combattre une guerre qui aurait dû se terminer il y a longtemps», a déclaré M. Biden la semaine dernière.

La plus longue guerre de l’histoire américaine a débuté moins d’un mois après le 11 septembre 2001 et s’est terminée le 30 août 2021. La première phase de cette guerre visait à démanteler les réseaux terroristes à l’étranger et à faire tomber les responsables du 11 Septembre. «Il s’agissait d’un ensemble relativement limité d’objectifs et de buts qui se sont transformés en autre chose au fil du temps. Il est certain que si l’on remonte à 2001, personne ne parlait de la construction d’une nation ou d’un État ou de la refonte du Moyen-Orient», affirme M. Harmsen.

La deuxième phase de la guerre en Afghanistan, à partir de 2015, ainsi que la guerre en Irak ont en effet été marquées par l’idée d’installer une démocratie à l’occidentale au Moyen-Orient. «Je pense que ce que Biden va tenter de dire, c’est qu’après s’être maintenant retirés, même si le retrait n’a pas été ce que tout le monde espérait en termes de déroulement, nous pouvons maintenant tourner la page», explique Harmsen. «Au moins en ce qui concerne les États-Unis, le récit est terminé, c’est fini, nous avons fermé le livre, et nous allons passer à autre chose.»

Cet article a été écrit pour Delano, traduit et édité pour Paperjam.