ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Transport aérien

Un vol avec de l’huile de cuisson dans les réservoirs



La fourniture en carburant de l’Airbus A350 qui a réalisé le vol a été effectuée au moyen du premier camion avitailleur 100% électrique. (Photo: A. Gaulupeau/Groupe ADP)

La fourniture en carburant de l’Airbus A350 qui a réalisé le vol a été effectuée au moyen du premier camion avitailleur 100% électrique. (Photo: A. Gaulupeau/Groupe ADP)

Un avion a rejoint Montréal depuis Roissy avec 16% d’un biocarburant produit à base d’huiles de cuisson usagées dans ses réservoirs. L’idée est de décarboner le transport aérien en généralisant ces pratiques, notamment en intensifiant la production de biocarburant aérien.

Un premier vol long-courrier avec du carburant aérien durable produit en France a été réalisé le 18 mai, depuis l’aéroport Paris-Charles de Gaulle jusqu’à Montréal, a annoncé par communiqué Air France-KLM, qui a collaboré avec Airbus, Total et Groupe ADP.

Dans les réservoirs de l’appareil: 16% de biocarburant issu de déchets et de résidus, produit par Total dans ses usines françaises à partir d’huiles de cuisson usagées – ce qui a permis d’éviter l’émission de 20 tonnes de CO2.

L’avantage des biocarburants est que ceux-ci peuvent être incorporés sans qu’aucune modification ne soit apportée ni aux infrastructures logistiques de stockage et de distribution, ni aux avions, ni aux moteurs.

L’objectif affiché est de développer une filière française de production de carburants aériens durable – ou SAF pour «sustainable aviation fuel» – afin de généraliser leur utilisation dans les aéroports français.

Hausse progressive des taux

Les objectifs français en termes de décarbonisation du transport aérien apparaissent pour le moment assez léger: la loi prévoit l’incorporation de 1% de biocarburant de ce type sur tous les vols au départ de la France à partir de 2022. Elle devrait évoluer progressivement pour prévoir une incorporation à hauteur de 2% en 2025 et de 5% à l’horizon 2030.

Airbus envisage de son côté des avions de ligne utilisant 100% de biocarburant aérien durable dans les prochaines décennies. Des séries de tests sont en cours afin de certifier cette pratique en vol.

KLM avait effectué son premier vol avec du SAF en 2009. 78 vols Air France ont par la suite été réalisés entre 2014 et 2016 avec 10% de SAF. Ce qui a permis de démontrer l’absence d’incidence du SAF sur la fiabilité des opérations des compagnies aériennes.

Cet article est issu de la newsletter Paperjam Green, le rendez-vous mensuel pour suivre l’actualité verte au Luxembourg. Vous pouvez vous abonner en suivant ce lien.