ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

La blockchain au service du vin

Une technologie à consommer sans modération...



258943.jpg

Le «Bin 407» est équipé, depuis juillet, d’une étiquette NFC, qui permet de tout savoir de la bouteille... et d’éviter les nombreuses contrefaçons des vins recherchés. Une technologie de VeChain, présente au Luxembourg depuis un an et demi. (Photo: Penfolds)

Un des plus gros importateurs chinois de vins, un fournisseur de blockchain comme un service et une vieille maison viticole d’Australie ont lancé, fin juillet, les premières bouteilles équipées d’une puce NFC pour les suivre à la trace.

Quel est le point commun entre un carré d’agneau du Québec avec une sauce au cacao, un bœuf bourguignon et une brochette de bœuf au poivre rose? Ils se marient parfaitement avec un Penfolds Bin 407 de 2014.

À condition que ce soit bien une bouteille de ce cabernet sauvignon australien très connu, à la robe rubis foncé, aux notes boisées et épicées, et à la finale persistante, et non pas une vulgaire copie...

Réputée pour son Grand Wine, Penfolds, la vénérable maison australienne, a reçu de nombreux prix: le Grange 1955 a été nommé l’un des 12 meilleurs vins du 20 e  siècle par Wine Spectator , et le Grange 2008 a obtenu la note idéale de 100 points de la part de Wine Spectator et de Robert Parker’s Wine Advocate. Les bonnes maisons luxembourgeoises ont encore des bouteilles de ce dernier à 488 euros hors taxes et à 625 euros TTC.

Une puce contre les faussaires

À ces prix-là, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi Penfolds veut prendre toutes les précautions pour que le consommateur accède à son vin dans les meilleures conditions. Depuis fin juillet, elle a commencé à équiper ses bouteilles de Penfolds Bin 407 d’une étiquette NFC cryptée spéciale pour les produits viticoles.

Cette première tentative permet aux clients d’accéder à des renseignements immuables et pertinents sur la bouteille de vin concernée, stockés sur la chaîne de blocs, comme les informations de provenance, vérifiées par des audits indépendants, tels que DNV GL. Les établissements vinicoles peuvent empêcher la contrefaçon de leurs vins, tout en permettant aux consommateurs de mieux connaître le produit, renforçant leur confiance dans ce dernier.

Ces bouteilles seront disponibles chez trois distributeurs chinois. Car c’est principalement en Chine que le bât blesse: d’ici à 2023, la Chine deviendra le deuxième marché mondial pour le vin (23 milliards de dollars).

VeChain installée au Luxembourg depuis 2018

Le marché attire autant les producteurs avertis que les astucieux faussaires... En novembre 2017, la police de Shanghai a saisi 14.000 bouteilles de Penfolds de contrefaçon, pour une valeur de plus d’un million de dollars. Cinq mois plus tard, les agents de police de Zhengzhou, dans la province du Henan, ont également éliminé 50.000 fausses bouteilles, d’une valeur de plus de 2,8 millions de dollars.

Le principal importateur, Direct Imported Goods (Shanghai Waigaoqiao), a donc décidé de rejoindre VeChain, une chaîne de blocs publique de premier plan à l’échelle mondiale , et a lancé la plate-forme de traçabilité du vin WTP en juin 2018. 

VeChain est pionnière parmi les applications du monde réel utilisant la technologie de blockchain, elle a des bureaux à Singapour, au Luxembourg depuis janvier 2018, à Tokyo, Shanghai, Paris, Hong Kong et à San Francisco.

Être sûr de boire le bon vin qu’on a choisi, une préoccupation que n’ont pas ceux qui se contentent d’estropier un anchois, de manger léger et sur le pouce, comme on dit à Saint-Tropez ou à Collioure.