POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Accord de collaboration

Un superordinateur pour ArcelorMittal et Ceratizit



241289.jpg

«Grâce à des capacités de stockage de plus de 10 pétaoctets et une capacité informatique d’un pétaflops, l’Uni est dotée de l’une des infrastructures de supercalculateur les plus performantes du pays», explique l’Université du Luxembourg. (Photo: Shutterstock)

L’Université du Luxembourg a conclu des accords de services avec ArcelorMittal et Ceratizit. Pour la première fois, des entreprises commerciales auront accès aux capacités offertes par les superserveurs de l’Uni. Le projet est initialement prévu pour une durée d’un an.

L’Université du Luxembourg annonce ce mardi 21 mai ouvrir son superordinateur à ArcelorMittal et Ceratizit. «Les accords de services comportent trois piliers principaux: les entreprises bénéficient d’un créneau d’utilisation de nos installations «high-performance computing» (HPC) (système de serveurs à haute performance, ndlr), elles peuvent stocker les données relatives au projet sur nos systèmes et elles ont accès à un groupe d’experts en HPC», explique le professeur Pascal Bouvry, qui dirige le service HPC à l’Uni.

Le projet est initialement prévu pour une durée d’un an. «Grâce à des capacités de stockage de plus de 10 pétaoctets et une capacité informatique d’un pétaflops, l’Uni est dotée de l’une des infrastructures de supercalculateur les plus performantes du pays», ajoute l’Uni. Bien que ces infrastructures soient principalement réservées à la recherche, l’Université du Luxembourg affecte jusqu’à 10% de ses capacités HPC à des projets de partenaires externes.

ArcelorMittal utilisera le superordinateur pour exécuter des analyses numériques d’incendies dans les bâtiments. Ceratizit, groupe d’ingénierie high-tech spécialisé dans les technologies d’outillage et de matériaux durs, utilisera le créneau qui lui est imparti pour réaliser des prototypes virtuels de certains de ses produits au moyen de la simulation numérique. «La capacité des supercalculateurs de l’Université permettra une utilisation plus efficace des modèles numériques les plus avancés de Ceratizit», précise le communiqué de l’Uni.