PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

ÉTUDE MONTEREY INSIGHT 2019

State Street gagne aux points face à JP Morgan



246233.jpg

Karine Pacary, directrice générale de Monterey Insight, observe des mouvements importants dans l’industrie des fonds au Luxembourg en 2018. (Photo: DR)

Le centre de recherche britannique sur les fonds d’investissement Monterey Insight vient de finaliser son étude annuelle sur l’industrie luxembourgeoise des fonds. Sa directrice générale, Karine Pacary, en tire les grands enseignements en exclusivité pour Paperjam.

Brexit ou pas, c’est toujours depuis Londres que sont fournis les chiffres les plus précieux sur l’industrie luxembourgeoise des fonds d’investissement.

Pour la 25e année consécutive, le centre de recherche sur les fonds d’investissement Monterey Insight, basé dans la capitale britannique, vient de sortir son étude sur le Luxembourg dont Paperjam vous présente les résultats en primeur.

Une année que Karine Pacary, directrice générale de Monterey Insight, estime riche en événements. Elle a démarré en progression, les actifs sous gestion atteignant un record en juillet à 4.282,46 milliards d’euros, avant de régresser à 4.094 milliards fin décembre. Un recul de 2,1% sur un an, le premier depuis l’année 2011, observe la nouvelle étude.

Qui sont les principaux acteurs dans le domaine des fonds au Luxembourg? Chaque année, Monterey Insight met à jour son classement parmi les différents métiers reliés à l’écosystème des fonds.

Dans les nouveaux classements réalisés fin 2018, un événement s’impose: la poussée vers le haut du groupe américain State Street. L’an dernier, il pointait à la première place uniquement dans le secteur de l’administration de fonds.

En 2018, il dépasse JP Morgan en tant que première banque dépositaire et, conjointement avec IFDS, il prend aussi la pole position dans le secteur des agents de transfert.

JP Morgan préserve toutefois son leadership au sein des promoteurs de fonds et parmi les sociétés de gestion.

PwC maintient, de son côté, sa domination au niveau des firmes d’audit, loin devant KPMG. Au niveau des cabinets d’avocats, Arendt & Medernach reste le numéro un devant Elvinger Hoss Prussen, qui, précise l’étude, serait le numéro un en tenant compte du total d’actifs nets gérés par les fonds clients.

Pour en revenir aux produits, Karine Pacary observe que «les fonds Ucits ont à nouveau été populaires, si l’on observe les lancements de nouveaux fonds. Mais les actifs totaux sont en diminution. Par contre, les fonds alternatifs, régulés ou non, sont tous en progression.»

Au niveau des nouveaux fonds régulés lancés en 2018, la collecte a atteint 196 milliards de dollars, une progression de 35% par rapport à 2017.

Succès pour les Fiar

Les sicar (sociétés d’investissement en capital à risque) ont progressé de 12%, à 54,2 milliards d’euros, et les Fis (fonds d’investissement spécialisés) de 5%, à 539 milliards.

Mais la progression la plus spectaculaire est à pointer au niveau des Fiar (fonds d’investissement alternatifs réservés), qui ont connu une croissance des nouveaux enregistrements de 169% par rapport à 2017 et une hausse des actifs de 158%. «Il y a certainement eu des transferts de fonds Ucits vers des Fiar, mais leur progression reste impressionnante», juge la directrice de Monterey Insight.

On constate une poussée des fusions et acquisitions dans l’industrie des fonds au Luxembourg.

Karine Pacary,  directrice générale,  Monterey Insight

«Parmi les autres observations importantes de l’année, on constate une poussée des fusions et acquisitions dans l’industrie des fonds au Luxembourg», comment Mme Pacary. Son étude en a recensé une vingtaine parmi les différents acteurs du secteur. «Ces opérations ont autant concerné les banques dépositaires que les agents de transfert ou l’administration de fonds», pointe-t-elle.

En termes de produits, toujours, ce sont les fonds d’action qui restent les plus demandés, avec un total d’actifs sous gestion de 1.180 milliards d’euros fin 2018. Mais les fonds d’obligation suivent de près, avec 1.162 milliards d’euros.

Enfin, Karine Pacary constate que, au cours de l’année 2018, les gestionnaires se sont orientés vers des fonds de plus petite taille. «En 2017, les cinq plus larges produits nouvellement lancés cumulaient plus de 6,7 milliards d’euros, alors que sur l’année 2018, le total atteint seulement 2,38 milliards», constate la responsable de Monterey Insight.