BRAND VOICE — ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

CONSTRUCTION

Le secteur de la construction adapte ses pratiques



Le nouveau siège social de Schroeder & Associés. Crédit: Schroeder & Associés 

Le nouveau siège social de Schroeder & Associés. Crédit: Schroeder & Associés 

Le télétravail est une solution privilégiée par les entreprises pour assurer la continuité des activités, mais n’est pas toujours possible dans le secteur de la construction. Thierry Flies, administrateur délégué chez Schroeder & Associés, aborde sa mise en place et son impact sur les projets.

Pour certains secteurs, le basculement vers le télétravail s’est opéré de manière relativement simple. En revanche, pour d’autres secteurs, cette pratique ne peut être appliquée à l’ensemble des métiers. C’est le cas du secteur de la construction qui occupait en 2018 près de 63.581 personnes et comptait 3.748 entreprises. Celui-ci est d’ailleurs le troisième secteur le plus important en termes d’employés au Luxembourg.  «Dans le secteur de la construction, on retrouve entre autres les bureaux d’études qui travaillent sur la conception, et les entreprises de construction qui se concentrent sur la réalisation. Il est plus difficile de réaliser un chantier en télétravail, car il faut être sur place. Pour un bureau d’études, c’est en majeure partie faisable», précise Thierry Flies.

Si les chantiers ont effectivement été arrêtés, certaines activités ont toutefois pu continuer grâce au télétravail. «Un bureau d’études réalise généralement plus d’études que de chantiers. Ces études peuvent être faites à domicile même si, à un certain moment, un feed-back du client est nécessaire, pour valider les prestations par exemple.» Comme l’ensemble des secteurs en télétravail, ces bureaux ont pu assurer la continuité de certaines activités et conserver le lien avec les employés (dessinateurs, techniciens, ingénieurs) et les clients grâce à divers canaux de communication comme la vidéoconférence, le téléphone ou les e-mails. «Il faut intensifier le contact avec ses employés, même si ce n’est pas de manière physique, via le téléphone, les e-mails ou la vidéoconférence. Celle-ci rapproche les employés et permet des conversations directes.»

À l’avenir, le télétravail pourrait être généralisé, à l’exception de métiers comme celui de topographe habitué à se rendre sur les chantiers pour y prendre des mesures ou effectuer un contrôle. Certains employés en sont demandeurs. «Pourquoi ne pas encourager l’un ou l’autre jour de télétravail par semaine? Je trouve aussi important d’avoir un lien direct au bureau. Il faut trouver le juste milieu entre le télétravail et le travail au bureau. C’est le challenge pour l’avenir.»

Le bâtiment de la Kockelscheuer, conçu dans un souci écologique.  Schroeder & Associés

1 / 3

Le bâtiment de la Kockelscheuer, conçu dans un souci écologique. Schroeder & Associés

2 / 3

Le bâtiment de la Kockelscheuer, conçu dans un souci écologique.  Schroeder & Associés

3 / 3

Des employés rapidement opérationnels à domicile

Le bureau d’études Schroeder & Associés a lui aussi mis en place cette pratique. «En une semaine, presque tout le monde était en télétravail. La plupart de notre personnel (plus de 300 sur les 350 employés) a travaillé depuis son domicile. Heureusement, nous avions investi en informatique ces deux dernières années. Nous avions l’un ou l’autre projet pilote concernant le télétravail, mais nous ne les avions pas encore déployés, car nous n’avions pas encore de règlement détaillé mis en place.» Si le Covid a eu un impact sur le chiffre d’affaires du bureau, pour Thierry Flies, les employés ont fait beaucoup d’efforts et se sont montrés solidaires face à la situation.

Nous voulons aussi remercier les employés qui ont super bien travaillé et fonctionné depuis leur domicile et qui sont contents de revenir. 

Thierry Flies,  Administrateur Délégué,  Schroeder & Associés

Les télétravailleurs à la découverte de leur nouveau bâtiment

Après plusieurs semaines de télétravail, l’envie de retrouver une vie normale se fait sentir. Heureusement, ce 18 mai, certains employés ont pu découvrir le nouveau siège de l’entreprise de 8.000m2 hors-sol qui a pour vocation de réunir les effectifs en un même lieu, dans le quartier de la Kockelscheuer. Un bâtiment conçu dans un souci écologique, sans apport extérieur d’énergie et dont les matériaux peuvent être récupérés en cas de déconstruction. Si l’avancement de ce chantier a également été interrompu, le déménagement a finalement pu se faire relativement dans les temps, tandis que les baux des anciens locaux touchaient à leur fin. «C’est un travail d’équipe. Nous avons eu des corps de métier qui ont tout donné. Ils ont travaillé jusqu’au dernier jour avant le confinement et, dans la première phase de déconfinement, sont assez vite revenus. Nous voulons aussi remercier les employés qui ont super bien travaillé et fonctionné depuis leur domicile et qui sont contents de revenir.»

Cette reprise s’est toutefois effectuée selon un plan d’hygiène mis en place pour le nouveau bâtiment, avec des employés présents en alternance. «Heureusement, nous n’avons pas d’open space, mais des bureaux de maximum quatre personnes où deux personnes peuvent travailler en alternance. Nous aimerions que chacun vienne au moins un jour par semaine pour conserver un lien et faire connaissance avec le nouvel immeuble.»

Retrouvez l’équipe et les domaines d’activités du bureau d’études Schroeder & Associés ici  et découvrez le nouveau siège social et l’équipe de Schroeder & Associés sur  https://www.schroeder.lu/index.html .