ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Changement D’Époque

Romain Bausch (SES) passe la main à Frank Esser



Il l’avait annoncé l’an dernier: Romain Bausch, l’homme qui a mené SES aux sommets, passe le relais, mais continuera à être au conseil d’administration. (Photo: SES)

Il l’avait annoncé l’an dernier: Romain Bausch, l’homme qui a mené SES aux sommets, passe le relais, mais continuera à être au conseil d’administration. (Photo: SES)

Comme il l’avait annoncé l’an dernier, Romain Bausch a profité de l’assemblée générale de SES, ce jeudi 2 avril, à Betzdorf, pour passer le relais, après 25 ans de bons et loyaux services. C’est l’ancien CEO de SFR, Frank Esser, qui lui succède dans une année cruciale.

«Ayant été à la tête de la société pendant 25 ans, d’abord en tant que directeur général et ensuite en tant que président, et vu que la société entame maintenant une période de transformation passionnante sous la direction de Steve Collar, avec un conseil d’administration reconfiguré, je considère que c’est le bon moment pour passer le relais», a déclaré  Romain Bausch . «Ce fut un véritable privilège de servir SES dans ces différentes fonctions, et je tiens à remercier nos actionnaires pour leur soutien continu.»

Le président du conseil d’administration de SES, qui restera au conseil en qualité d’administrateur indépendant, sera remplacé par Frank Esser.

«Je suis honoré d’avoir été élu président en cette période importante et passionnante pour notre entreprise, SES étant en excellente position pour continuer à se développer», a déclaré Frank Esser. «Je suis ravi de rejoindre le conseil d’administration avec plusieurs nouveaux administrateurs, qui apporteront chacun de solides compétences, complétant celles de nos autres collègues du conseil. J’aimerais également saisir cette occasion pour rendre hommage à Romain et à sa contribution et son engagement au service de SES aussi avec sa présence continue en tant qu’administrateur.»

L’ex-CEO de SFR à la tête du conseil

Frank Esser est devenu administrateur le 11 février 2020. L’ancien président-directeur général de SFR, premier opérateur télécoms privé français, a également été membre du conseil d’administration du groupe Vivendi. Avant de rejoindre SFR, M. Esser a occupé plusieurs postes de direction au sein du groupe Mannesmann. Il est vice-président de Swisscom et administrateur d’Interxion Holding. M. Esser est titulaire d’un doctorat en économie de gestion et d’une maîtrise en économie de l’université de Cologne.

Au cours de l’assemblée générale, qui s’est tenue comme prévu hier au château de Betzdorf, les actionnaires ont validé la réduction du nombre d’administrateurs. Béatrice de Clermont Tonnerre et Peter van Bommel arrivent pour un premier mandat de deux ans, et Paul Konsbruck et Frank Esser ont été élus pour un autre mandat de trois ans, tout comme Ramu Potarazu, Kaj-Erik Relander et Anne-Catherine Ries.

L’ex-CEO de SFR succède à l’emblématique Romain Bausch, au moment où SES envisage une réorganisation complète de son activité. (Photo: SES)

L’ex-CEO de SFR succède à l’emblématique Romain Bausch, au moment où SES envisage une réorganisation complète de son activité. (Photo: SES)

Les actionnaires ont également pris note des démissions de Victor Casier, Hadelin de Liedekerke Beaufort, Marc Serres et François Tesch en tant qu’administrateurs de SES. 

En conséquence, le conseil d’administration est composé comme suit: les actionnaires A sont représentés par (tous indépendants) Romain Bausch, Béatrice de Clermont Tonnerre, Frank Esser, Tsega Gebreyes, Ramu Potarazu, Kaj-Erik Relander, Peter van Bommel et Katrin Wehr-Seiter; et les actionnaires B sont représentés par Serge Allegrezza , Paul Konsbruck, Anne-Catherine Ries et  Françoise Thoma .

Les actionnaires ont aussi validé le dividende divisé par deux à 0,40 euro.

SES s’est lancée officiellement, depuis la publication de ses résultats, dans l’examen d’une nouvelle organisation. Il y aurait, à terme, non plus une SES, mais deux, une autour de la vidéo, secteur de base du premier opérateur mondial de satellites, mais en perte de vitesse, et une autre autour de la donnée, dont l’intérêt ne cesse de croître dans un monde de plus en plus connecté.