POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Faire le lien entre le monde universitaire et l’industrie

Le rôle du SnT dans le transfert de technologie et les spin-off



Le premier intervenant était Carlo Duprel. (Photo: Capture d’écran YouTube)

Le premier intervenant était Carlo Duprel. (Photo: Capture d’écran YouTube)

Delano s’est associé à la Chambre de commerce britannique (BCC) et au Centre interdisciplinaire pour la sécurité, la fiabilité et la confiance (SnT) de l’Université du Luxembourg pour une discussion animée, jeudi 29 avril, sur l’innovation et le lien entre le monde universitaire et le monde des affaires.

Le premier intervenant était Carlo Duprel, responsable des partenariats industriels et du bureau de transfert de technologie au SnT. Cofondateur de Mind & Market, M. Duprel était auparavant directeur chez Deloitte Luxembourg et, avant cela, il a passé 12 ans à encourager la recherche et l’innovation au Fonds national de la recherche (FNR) du Luxembourg.

Le SnT travaille avec plus de 55 partenaires industriels – dont le plus récent est le Technoport – dans six domaines stratégiques, certains projets débouchant sur un transfert de technologie ou des retombées.

Deux projets de ce type sont en cours avec l’Association des banques et banquiers, Luxembourg (ABBL), comme l’explique Andrey Martovoy, son conseiller en stratégie numérique, fintech et innovation. M. Martovoy représente l’association dans ses propres comités et également au niveau européen, pour la blockchain, l’IA et le cloud.

Le premier projet, qui s’est déroulé de 2017 à 2021, a été testé avec trois banques pilotes – BCEE, BNY Mellon et BGL BNP Paribas – et utilise la technologie du grand livre distribué et l’analyse des données pour la conformité de la connaissance du client. Les retours ont été positifs jusqu’à présent, en raison de l’automatisation des processus, réduisant ainsi les coûts, avec la possibilité pour les banques de générer des revenus dans le système développé.

Le deuxième projet, lancé en janvier 2021, explore l’IA pour la diligence raisonnable instantanée en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, qui vise à réduire les processus administratifs qui ajoutent des coûts et de la complexité. M. Martovoy a également donné ses propres conseils aux entreprises qui envisagent de s’associer au SnT.

Enfin, German Castignani , CEO de Motion-S – la toute première spin-off de l’Université du Luxembourg qui a vu le jour en 2014 – a expliqué plus en détail comment la technologie de l’entreprise permet aux clients de concevoir et de mettre en œuvre de nouveaux produits et services basés sur les données dans les domaines de la mobilité intelligente, de l’automobile et de l’assurance.

M. Castignani, qui est professeur adjoint à la Sacred Heart University et chercheur associé à Uni.lu, a parlé de l’évolution de l’entreprise depuis la première application d’assurance automobile connectée GoodDrive qu’elle a développée pour Bâloise, du soutien qu’il a reçu pour combler le fossé entre le monde universitaire et l’industrie, et de l’avenir qu’il entrevoit pour la mobilité.

La discussion a été modérée par Natalie Gerhardstein , de Delano. Une session de questions-réponses a suivi, dirigée par Colin Haggart, responsable du groupe Business et innovation de la BCC.

Pour connaître tous les points de vue, regardez la vidéo ci-dessus.

Pour les prochains événements de la BCC, visitez bcc.lu .