POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Roger Negri – LSAP

«Continuer à travailler de manière sereine»



capture_decran_2016-06-09_a_07.55.05.png

Robert Negri sent l'Europe impuissante face aux dictatures en état de guerre. (Photo: LSAP)

Chaque jeudi, Paperjam donne carte blanche à un politicien, dans laquelle il évoque ses débuts, la manière dont il perçoit l’évolution de son parti, et un fait d’actualité qui l’a marqué. Aujourd’hui: Roger Negri (LSAP), député.

Monsieur Negri, quel a été votre premier acte militant?

«Au début des années 1980, j’ai participé à toutes les manifestations contre la centrale nucléaire de Cattenom. Le ‘Gau’ de la centrale de Tchernobyl a déclenché mon engagement structuré au niveau environnemental, puis au niveau syndical en matière de transports publics.

Comment envisagez-vous l’avenir politique du LSAP au regard des prochaines échéances électorales?

«La meilleure stratégie pour bien préparer les prochaines élections sera de continuer à travailler en toute sérénité sur les dossiers engagés au niveau sociétal tels que la réforme des services de secours, la réforme de la police, la réforme consensuelle sur l’adoption de la nationalité luxembourgeoise, celle sur le divorce sans ‘faute’, la réforme de la constitution, et – last but not least – la réforme sur l’assurance-dépendance.

Ce sont des réformes qui porteront toutes la co-signature des mandataires du LSAP.

Qu’avez-vous retenu de l’actualité de ces derniers jours? Quel événement vous a plus particulièrement marqué? Et pourquoi?

«Il est insupportable de voir que des hommes, des femmes et des enfants continuent à se noyer dans la Méditerranée sans que des solutions raisonnables et rapides soient prises.

La crise des réfugiés actuelle montre notre impuissance européenne vis-à-vis des dictatures en état de guerre.»