POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Art contemporain

Bienvenue dans son monde



Vue de l’installation Macrostructure dans les caves du Casino Luxembourg. (Photo: Eric Chenal)

Vue de l’installation Macrostructure dans les caves du Casino Luxembourg. (Photo: Eric Chenal)

Ouverte à l’occasion de la Nuit des Musées, l’installation Macrostructure d’Eric Schockmel est l’occasion de plonger dans un monde marqué par la science-fiction, l’intelligence artificielle et la bioéthique.

Il faut descendre dans les caves du Casino Luxembourg pour découvrir les projections multiples de l’installation vidéo Macrostructure d’Eric Schockmel. «Nous avions envie de casser l’image de cet espace dans lequel nous avons organisé plusieurs fêtes en y présentant une œuvre vidéo, comme nous l’avions déjà fait avec Gast Boucher et Nadine Hilbert fin 2012», explique Kevin Muhlen, directeur artistique. Il faut dire que le choix est judicieux, puisque ces caves sont des black boxes qui contrastent favorablement à la lecture de l’œuvre esthétisante d’Eric Schockmel. Comme le ventre d’une mère, elles accueillent des petits films réalisés en motion graphic dont le fil conducteur de la narration est la naissance d’organismes à partir de machines hautement technologiques menées par une intelligence artificielle. «J’ai également beaucoup apprécié le fait qu’il y ait comme une continuation entre l’image à explorer, les différents films à découvrir, et le parcours qui est induit par le cheminement dans les caves», précise Eric Schockmel.

Car les vidéos qui tournent en boucle sont bien comme des petits voyages, des bouts de narration qui se complètent les uns les autres pour former le premier chapitre d’une histoire qui ne demande qu’à être développée. La bande-son joue évidemment un rôle de premier choix et participe pleinement à la narration. Dans la première salle, c’est une question qui est tout d’abord posée à des logiciels de chat: «What if I created artificial life and it started worshipping you?» S’en suivent différentes séquences qui vont de la création de molécules à leur gestation puis à leur transfert dans un nouveau monde. Le tout est mené avec une grande recherche esthétique, regorgeant de références visuelles, littéraires, scientifiques, n’hésitant pas à utiliser l’hypertextualité pour enrichir le propos. «Il était aussi important pour moi de montrer que l’animation peut permettre de développer des sujets beaucoup plus profonds et à forte teneur artistique», affirme Kevin Muhlen.

Jusqu’au 4 janvier, www.casino-luxembourg.lu