POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Accord de restitution

Reconnaître le passé pour aider à construire l’avenir



François Moyse, président de la Fondation luxembourgeoise pour la mémoire de la Shoah. (Photo: Matic Zorman / archives Maison Moderne)

François Moyse, président de la Fondation luxembourgeoise pour la mémoire de la Shoah. (Photo: Matic Zorman / archives Maison Moderne)

En amont de l’accord de restitution lié à la Shoah, dont la signature est prévue au Luxembourg mercredi après-midi, Delano s’est entretenu avec François Moyse, président de la Fondation luxembourgeoise pour la mémoire de la Shoah et l’un des signataires de l’accord.

La fondation a été créée en partie pour promouvoir et préserver la mémoire de l’Holocauste, ainsi que pour examiner les préoccupations concernant les biens saisis à la communauté juive du Luxembourg pendant l’Occupation, auxquelles cet accord répondra. Pourriez-vous nous en dire plus sur les faits et les chiffres concernant ces avoirs?

François Moyse . – «La fondation a été créée en général pour la mémoire, pas spécifiquement pour les questions de restitution, mais les questions de restitution sont en suspens depuis la guerre. La question principale était donc de savoir s’il existe encore des comptes bancaires dormants depuis la guerre appartenant ou ayant appartenu à des Juifs étrangers et à des Juifs apatrides. Et, parce qu’ils ont été tués, parce que leurs héritiers étaient dispersés dans le monde entier, ils avaient vraiment des difficultés à obtenir toute information, en raison du secret bancaire également. Cette question n’a jamais reçu de réponse globale.

Nous savons simplement que pendant des décennies, les banques ont continué à détenir des comptes bancaires dormants, et il n’y a jamais eu de solution globale pour essayer de forcer les banques ou leur imposer de payer. Et c’est également l’une des raisons pour lesquelles la fondation a été créée: en effet, lorsqu’il n’y a plus d’héritiers, l’argent encore sur les comptes bancaires est versé à la fondation. Il en va de même pour les compagnies d’assurances, dont nous savons que certaines polices d’assurances n’ont jamais été payées, et dont la fondation est également censée recevoir le produit de ces polices d’assurances.

En 2019, un article du Times of Israel a qualifié le Luxembourg de «mauvais payeur», car il a été le dernier pays d’Europe occidentale à signer une résolution en bonne et due forme, citant qu’une «loi de 1950 empêche environ 75% des quelque 4.000 Juifs qui y vivaient avant l’invasion nazie de 1940 de demander une indemnisation pour les biens volés». Pourquoi pensez-vous que le Luxembourg a été si en retard sur un accord?

«C’est une bonne question. Je ne sais pas si j’ai la réponse. Ce que je sais, c’est que la loi de 1950 ne s’adressait qu’aux citoyens luxembourgeois. Et, comme vous l’avez souligné, nous pensions qu’il y avait 4.000 Juifs en 1940, mais les derniers registres ont montré que 5.000 noms ont été enregistrés. Cela signifie donc que, sur environ 5.000 Juifs, il n’y avait probablement pas plus de 1.000 Luxembourgeois. Cette loi ne s’adresse donc – pas seulement aux Juifs, mais à tout le monde en général – qu’aux citoyens luxembourgeois. En 1967, une deuxième loi a été adoptée concernant les pensions pour les victimes de la guerre, et les Juifs ont été complètement laissés de côté en tant que catégorie de victimes de la guerre. Ce ne sont donc que des explications sur ce qu’il se passe.

Il est difficile de dire pourquoi les Juifs, et surtout les Juifs étrangers, n’ont jamais été inclus dans les indemnisations. Ce que nous savons, c’est que depuis 20 ans, nous sommes une nouvelle génération, nous poussons le Luxembourg à faire comme les pays voisins – la France et la Belgique – pour faire face à leur histoire. Cela a été une tâche difficile parce que je crois que le Luxembourg a également été victime des nazis, et il a fallu beaucoup de temps aux autorités pour comprendre que nous ne cherchons pas à mettre en cause la responsabilité d’un groupe quelconque, mais que ce que nous cherchons à faire est une mesure de justice, à reconnaître ce qu’il s’est passé et à avoir une solution générale si longtemps après la guerre qui [traiterait] de ce qu’il s’est passé là-bas — que les Juifs n’étaient pas seulement persécutés, mais que tous les autres biens leur étaient enlevés… Il a fallu un long temps de maturation pour comprendre qu’il est temps de tourner cette page et que cette reconnaissance doit être faite.

Les registres ont-ils été bien tenus et, si oui, par l’État ou par les victimes et/ou leurs héritiers?

«Il existe un certain nombre d’archives, mais même si cela date d’il y a si longtemps après la guerre, nous avons découvert que certaines d’entre elles n’ont pas été étudiées, ce qui est vraiment étonnant. L’État dispose de beaucoup d’archives, et nous savons que d’autres acteurs en possèdent également. Par exemple, certaines municipalités ont consulté leurs propres archives, comme Differdange, mais nous savons que cela n’a pas été le fruit d’un effort général de la part de tout le monde, donc il y a beaucoup de choses à étudier.

Nous espérons qu’avec cet accord, nous ferons à nouveau pression en faveur de plus de recherches parce qu’il y a un certain nombre de choses qui doivent être vérifiées, mais aussi parce que, généralement, nous entrons maintenant dans une période qui ne sera pas la mémoire vivante des victimes parce qu’elles nous quittent, elles meurent, mais nous entrons dans l’Histoire. Nous voulons effectuer des recherches pour mieux comprendre ce qu’il s’est passé et pour pouvoir montrer combien de choses ont été pillées. C’est aussi le but que nous poursuivons maintenant en ouvrant un nouveau chapitre.

De votre point de vue personnel, le Luxembourg a-t-il eu des problèmes pour faire face à certains aspects de l’occupation nazie, et cela a-t-il joué un rôle dans cette situation?

«Je crois que oui. Je pense que, comme dans chaque pays, il y a un récit qui a été raconté après la guerre. Le Luxembourg a peut-être mis plus de temps que d’autres pays à comprendre que le récit n’est pas absolu, qu’il faut faire des recherches et des commentaires supplémentaires, et c’est ce qu’il se passe avec certains historiens. C’est une tâche difficile d’affronter le passé, et c’est ce qu’il se passe maintenant, avec un certain retard. Mais il faut le faire parce que nous avons toujours dit que si vous voulez faire face à l’avenir, vous devez étudier le passé, et cette reconnaissance a pris beaucoup de temps, à mon avis, ici au Luxembourg.

Il y a eu des rapports sur une augmentation de l’antisémitisme en Europe, y compris au Luxembourg, par exemple des actes de vandalisme. Pouvez-vous nous parler un peu de l’antisémitisme au Luxembourg et du rôle que joue la fondation pour aider à le combattre et à lutter contre la discrimination en général?

«Eh bien, en général, il n’y a pas, Dieu merci, d’antisémitisme violent dans le pays, mais je pense que, comme partout, il y a de la discrimination, y compris du racisme, de la haine sur les réseaux sociaux, de la xénophobie. Il y a des gens qui n’ont pas encore compris que l’Histoire doit être comprise. Ces phénomènes existent.

Notre but dans la fondation est évidemment d’enseigner l’Holocauste et de montrer ses leçons, mais nous avons aussi dans nos statuts la mission générale de lutter contre le racisme, l’intolérance, etc. Ce n’est pas notre but premier, mais il est vrai qu’en montrant les minorités, et les minorités mal vues comme des étrangers, elles peuvent être persécutées, et nous devons être très, très prudents en ces temps pour qu’un tel phénomène ne réapparaisse pas dans notre pays, ou en général en Europe. Nous sommes certainement aussi là pour aider à combattre l’antisémitisme, même si ce n’est pas notre objectif premier.

Bien que je comprenne que vous ne puissiez pas discuter des détails de l’accord avant sa signature, êtes-vous satisfait de ce qui y est exposé?

«Vous verrez que l’accord comprend de nombreux points qui sont satisfaisants et je pense que, sans oublier le passé, nous devons travailler vers l’avenir. Ce souvenir de la Shoah sera un élément important pour enseigner aux gens, et pas seulement aux jeunes, ce qu’il s’est passé et ce qu’il pourrait se passer, et donc il ne s’agit pas seulement du passé, mais aussi de construire l’avenir. Nous sommes donc satisfaits, même si nous aurions souhaité que la situation soit peut-être différente au cours des dernières décennies, mais, à un moment donné, il faut se mettre d’accord sur une solution globale, et c’est ce qu’il se passe.

La fondation va-t-elle jouer un rôle plus central autour de cet accord de restitution en termes d’aspects pratiques pour aller de l’avant?

«La fondation sera renforcée dans son rôle, et cela apparaîtra également comme une conséquence de cet accord.»