ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Guill Kaempff (Président, Union commerciale de la Ville de Luxembourg)

«La fin du secret bancaire entraîne des dégâts»



L'Union commerciale de la capitale compte sur une libéralisation des heures d'ouverture pour dynamiser le secteur. (Photo: David Laurent / archives)

L'Union commerciale de la capitale compte sur une libéralisation des heures d'ouverture pour dynamiser le secteur. (Photo: David Laurent / archives)

La 85e édition de la traditionnelle braderie se déroule ce 1er septembre dans un contexte délicat pour le commerce en centre-ville, entre fin du secret bancaire et mauvaise météo. Trois questions à Guill Kaempff, président de l’UCVL.

Monsieur Kaempff, la braderie qui se déroule comme le veut la tradition le deuxième lundi de la Schueberfouer est-elle un événement incontournable pour les commerces de la capitale?

«La braderie reste une des plus grandes journées de l’année puisque nous comptons attirer entre 150 et 200.000 visiteurs, soit l’une des plus grandes affluences en ville, aux côtés de la fête nationale. Les commerçants joueront le jeu en proposant de nombreuses ristournes, jusqu’à 50 voire 60%. Et, de notre côté, nous mettons en place plusieurs animations pour attirer les visiteurs.

Quelles sont les remontées des commerçants quant au bilan de la première partie de l’année?

«Nous vivons une année difficile, même si nous sommes satisfaits concernant l’apport des touristes, notamment durant le mois de juillet qui fut très bon. Le bilan d’août sera probablement plus mitigé en raison des intempéries qui font baisser la fréquentation, touchant particulièrement le secteur horeca.

Nous sentons également les effets d’une crise générale, ainsi que la fin du secret bancaire qui entraîne pas mal de dégâts du côté des clients de la Grande Région, belges notamment qui venaient au Luxembourg pour gérer leur argent et qui dépensaient également de l’argent dans les commerces de la ville. Nous comptons donc sur l’afflux d’une autre clientèle pour compenser cette perte. Nous avons observé une grande croissance des touristes japonais durant les huit premiers mois de l’année, ainsi que la venue de beaucoup d’Américains. La clientèle russe a quelque peu ralenti en raison du contexte international et se place en deuxième place derrière les Chinois en termes de dépenses.

Quels sont les chantiers de l’UCVL pour les prochains mois dans ce contexte?

«Nous voulons davantage exploiter le filon des ouvertures dominicales qui, combinées au vide-grenier, révèlent leur succès. Ceci nous permet de nous adresser aux clients de la Grande Région.

Le dossier de la libéralisation des heures d’ouverture nous occupera aussi dans les prochaines semaines. Notre objectif est de parvenir à une libéralisation totale des heures d’ouverture pour les commerces. Des discussions sont en cours avec Mme Closener (secrétaire d'État à l'Économie, ndlr) avec laquelle nous souhaitons aboutir à une solution concrète allant dans la direction souhaitée d’ici à la fin de l’année, au début de l’année prochaine.»

La braderie se déroule ce 1er septembre de 8 à 18 heures dans les quartiers de la Gare et de la Ville-Haute, rendus piétons pour l’occasion.

Infos: www.cityshopping.lu