BRAND VOICE — ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

IMMOBILIER 

Quand l’esthétisme se mêle à l’urbanisme



L’embellissement du tissu urbain est également une priorité pour le groupe qui a pris l’habitude dans chacune de ses réalisations d’intégrer l’œuvre d’un artiste. Eaglestone

L’embellissement du tissu urbain est également une priorité pour le groupe qui a pris l’habitude dans chacune de ses réalisations d’intégrer l’œuvre d’un artiste. Eaglestone

Acquérir un bien ou un terrain dans le but d’y développer un projet immobilier implique pour un promoteur de veiller, dès la conception, à intégrer les dimensions sociétales et environnementales. L’identité architecturale du projet et la qualité des matériaux ont également leur importance.

Pour faire face à la concurrence accrue du marché immobilier et devenir un acteur de référence, les promoteurs doivent se montrer innovants et anticiper les tendances sociétales. « Nous ne nous laissons pas conduire par un marché mais sommes attentifs aux nouvelles formes de travail et d’habitat », explique Xavier Hauboldt, CEO d’Eaglestone Luxembourg. Ainsi, les enjeux environnementaux peuvent peser sur le choix des matériaux ainsi que sur la manière de construire un immeuble.

Privilégier un projet élégant, idéalement situé

Lorsqu’il développe un projet, le promoteur peut choisir de maximiser celui-ci en réalisant un immeuble ultra rationnel où l’accent est mis sur la superficie plutôt que la beauté du bâtiment et sa situation. « Chez Eaglestone, nous avons une autre vision. Nous recherchons des emplacements privilégiés. La localisation tout comme l’élégance du projet sont des facteurs importants. » précise Jean-Christophe Bocci, Directeur Technique. Il s’agit donc de rationaliser les mètres carrés sans négliger l’architecture pour que le développement final soit optimum pour l’utilisateur qui va y vivre ou y travailler.

Miser sur des investissements opportunistes

Basé au Luxembourg, en Belgique et en France, le groupe spécialiste dans le développement et l’investissement immobilier adopte une stratégie dite « Value Add » consistant à effectuer des investissements fonciers, notamment par l’acquisition et la reconversion d’immeubles obsolètes. « Nous visons la création de valeur ajoutée et l’embellissement du tissu urbain. Cette passion créative se conjugue également avec une responsabilité sociétale et environnementale forte », poursuit Xavier Hauboldt.

Pour sélectionner ces projets, le groupe privilégie les biens de qualité : « Nous recherchons des immeubles à forte identité architecturale. L’originalité du bâti existant est décisive afin de proposer in fine des projets à l’identité unique et à l’architecture contemporaine qui portera un caractère intemporel. Comme cité plus haut par Xavier, nous attachons une grande importance à l’intégration de l’aspect durable dans le développement de nos projets. C’est un élément primordial dans la prise de nos décisions. » déclare Jean-Christophe Bocci.  

L’attrait humain et sociétal au cœur des préoccupations

La responsabilité sociétale et environnementale ont toute leur importance dans les projets développés par Eaglestone. « Le bien-être au travail est très important et des réglementations nous obligent à prévoir des bâtiments efficaces en termes de performance énergétique et de confort au travail.  Pour tous nos immeubles, d’ailleurs, nous visons la certification environnementale Breeam « excellent » poursuit le Directeur Technique. Une étape récente concerne le « cradle to cradle » et le zéro carbone. L’immobilier étant un émetteur de gaz à effet de serre via le CO2, des solutions à ce problème sont en effet recherchées.

L’embellissement du tissu urbain est également une priorité pour le groupe qui a pris l’habitude dans chacune de ses réalisations d’intégrer l’œuvre d’un artiste choisi, à l’intérieur du bâtiment ou devant celui-ci. « Pour nous, l’art est un levier pour l’intégration de l’immeuble dans le milieu urbain, il permet de toucher les gens qui vivent dans le bâtiment et qui peuvent admirer cette œuvre.  Nous les sensibilisons à travers l’art et la culture.», conclut Xavier Hauboldt.