COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

The headhunting corner

Osez bouger!



Caroline Lamboley (Photo: Lamboley Executive Search)

Caroline Lamboley (Photo: Lamboley Executive Search)

Des objectifs de carrière, nous en avons tous. Pourtant, on ne se donne pas toujours les moyens de les réaliser. La peur de l’inconnu pour certains, le confort de la routine pour d’autres, conduisent à tirer les compétences vers le bas. Accueillir un nouveau défi exige, certes, de sortir de sa zone de confort, mais c’est bien dans l’action que se trouve une planche de salut.

Faites-vous partie des individus préférant jouer la carte de la sécurité en exerçant les mêmes tâches chez le même employeur depuis des années? Avez-vous peur de relever un nouveau défi? Votre routine vous rassure-t-elle au point de faire le deuil de votre développement? Quoi qu’il en soit, briser les murs de votre zone de confort et accepter de nouveaux challenges est bénéfique pour votre carrière et votre épanouissement personnel.

Sortir de sa zone de confort

Voilà des années que vos lundis ont un goût amer. Vous vous dites que c’est une généralité que vous partagez avec certains de vos collègues. Au «comment ça va?», vous vous plaisez à répondre «comme un lundi!». C’est d’ailleurs devenu un slogan hebdomadaire. Au fond, vous savez que quelque chose ne tourne pas rond. Cette petite voix intérieure vous rappelle très souvent que vous n’êtes plus que l’ombre de vous-même. Plus jeune, vous rêviez d’une autre carrière. Aujourd’hui, vous êtes entré dans le cercle infernal des «vivement le week-end», des embouteillages et du coupe-file de la cantine (en réalité, vous descendez au self à 11h45 pour profiter du menu du jour, moment exaltant de votre journée de travail). Les semaines passent et se ressemblent. Vous vous êtes installé dans une routine bien confortable. Au fond, quelle est la finalité de votre travail? Et vos compétences, dans tout ça?

Difficile de sortir de sa zone de confort, surtout quand il s’agit de changer de poste ou d’entreprise. Évidemment, la peur est bien souvent le meilleur allié de l’immobilisme. La peur de l’inconnu, de se tromper, ou simplement le manque d’introspection, pousse à ne rien faire ou à se plaindre. C’est bien cette peur qui nous cristallise. Les annonces de crise et autres restrictions participent au choix de rester statique. Sauf que, la solution tombe rarement du ciel…

Pourtant, amorcer un changement est à la portée de tous. Selon les profils, cela peut vouloir dire: s’engager dans une formation continue, rencontrer d’autres professionnels, être porteur de projets, demander une mobilité interne ou rechercher activement une nouvelle opportunité. Dans ce cas, informez-en votre réseau et contactez un cabinet de chasse de têtes.

En quête de sens, à la découverte de son épanouissement professionnel

Le manque d’envie est souvent l’un des premiers signes qui prouvent qu’il est temps de passer à autre chose. À force d’avoir fait le tour de votre poste et des missions qui vous sont confiées, vous n’apprenez plus rien. C’est certainement le signe le plus alertant. De fait, vous procrastinez. Votre motivation est en berne, et vos phrases sont systématiquement ponctuées par des négations: «on n’y arrivera pas», «c’est impossible». Une mobilisation peut passer par la quête de sens au travers d’un nouveau défi professionnel à relever.

Cette question de sens est plus que jamais d’actualité. Les cas de «bore-out» (ennui au travail) et de «brown-out» (baisse de courant) se répandent comme une traînée de poudre en entreprise. En parallèle, les histoires de collaborateurs qui ont tout lâché pour poursuivre leur rêve se multiplient: le trader qui a quitté son job pour devenir boulanger; le consultant qui pose un an de congé sabbatique pour faire un documentaire sur les arbres, et le comptable reconverti en prof de yoga. Sans aller dans ces extrêmes, le changement est entre vos mains. Il s’agit d’adopter une autre posture, de remettre en question votre confort, votre salaire et vos avantages, au profit de votre épanouissement personnel et professionnel. C’est à cette condition que vous trouverez une nouvelle opportunité qui correspondra à vos attentes à instant T.

Vous avez fait le tour de votre poste. Vous n’avez pas de perspectives d’évolution. Vous n’aimez plus vos missions. Vous ne partagez plus les valeurs de votre entreprise. Vous voulez vous réorienter. Vous voulez être indépendant. Allez-y! Sortez de votre zone de confort! Osez franchir ce pas!

On vous dira peut-être que vous faites une grossière erreur. On attendra peut-être que vous échouiez. On vous jugera, sans doute. Vous êtes votre meilleur baromètre. En cas de doute, rappelez-vous de vos lundis!

Aparté pour les entreprises engagées dans des politiques d’épanouissement au travail: la clé se trouve plus dans le sens des missions, moins dans les baby-foot et autres mesures accessoires. Le bonheur n’est pas une condition de travail, mais une conséquence d’un travail qui permet de s’accomplir dans sa vie. Pensez-y également pour retenir vos talents, et contactez-moi pour recruter les talents qui sont prêts à relever de nouveaux défis.