PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

À la bourse de Luxembourg

Une obligation verte de 750 millions sur les rails



Julie Becker, la directrice générale adjointe de LuxSE et fondatrice du LGX, s’est félicitée que cette obligation verte dédiée au rail européen soit cotée au Luxembourg. (Photo: Bourse de Luxembourg)

Julie Becker, la directrice générale adjointe de LuxSE et fondatrice du LGX, s’est félicitée que cette obligation verte dédiée au rail européen soit cotée au Luxembourg. (Photo: Bourse de Luxembourg)

La Bourse de Luxembourg (LuxSE) et Eurofima ont annoncé, lundi, l’admission de la troisième obligation verte d’Eurofima, de 750 millions d’euros à 10 ans, pour la négociation et la cotation sur le marché réglementé de LuxSE et son affichage ultérieur sur la Bourse verte du Luxembourg (LGX).

«Cette obligation verte de référence marque une avancée importante pour Eurofima et l’avenir des chemins de fer européens. En obtenant des fonds pour le transport électrique de passagers grâce à notre modèle de prêt, nous contribuons non seulement à créer un monde plus vert, mais également à aider nos membres à moderniser et à améliorer constamment l’expérience de voyage qu’ils offrent à des millions de clients», a déclaré Harry Müller, chef de l’exploitation de cet organisme paneuropéen basé à Bâle.

Les 750 millions d’euros de cette troisième obligation verte représentent la deuxième somme la plus importante de cet organisme créé en 1956 et qui réunit 25 États membres et leurs compagnies de chemins de fer publiques, dont la Deutsche Bahn, la SNCF, FS et les CFL.

De quoi financer des prêts pour un rail plus vert, comme c’est déjà le cas pour Eurofima, qui en a accordé plus de 3.000 jusqu’ici.

«Nous sommes fiers de compter Eurofima parmi nos émetteurs durables, et nous soutenons Eurofima dans ses efforts pour développer davantage le transport ferroviaire respectueux de l’environnement en Europe. La reprise économique après la pandémie de Covid-19 doit être verte et, alors que nous redonnons vie à nos sociétés et à nos économies, nous devons tous nous concentrer sur la rénovation durable», a déclaré Julie Becker, directrice générale adjointe de LuxSE et fondatrice du LGX.

Au cours des quatre premiers mois de 2020, le LGX a présenté 78 nouveaux instruments d’une valeur totale de 50,7 milliards d’euros, et seulement 23% de ces instruments de dette durables étaient des obligations vertes. Les titres restants étaient des obligations sociales et de développement durable, précise le communiqué de la Bourse de Luxembourg et d’Eurofima.