POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Mobilité

Vélo, trottinette... où et comment rouler?



2017_08_07_city_mobilite-20.jpg

Rouler à vélo impose aussi le respect de certaines règles. Sous peine d’amende. (Photo: Maison Moderne / Archives )

Les vélos, trottinettes et autres engins à une ou plusieurs roue(s) ont envahi la voie publique. Mais qui peut rouler, où, et à quelles conditions? Paperjam a fait le point avec la police de Luxembourg.

Partout, la mobilité douce a le vent en poupe. Au Luxembourg aussi, évidemment. Les ventes de vélos sont en hausse constante, notamment ceux à assistance électrique qui sont en croissance de presque 25% par an selon les professionnels du secteur. En octobre, Troty s’est installée à Luxembourg avec ses trottinettes électriques en libre-service. Tandis que les Vel’oh à assistance électrique vont équiper les premières bornes à la fin de ce mois de novembre. Et il n’est plus rare de croiser monoroues, skateboards, Segway, hoverboards… À tel point que la voie publique est parfois une sorte de jungle peuplée de différents engins, de genres bien différents. Pourtant, tout n’est pas permis. Loin de là, a précisé la police de Luxembourg à Paperjam.

Le Speedelec est un cyclomoteur

Les vélos «classiques» peuvent, selon le Code de la route, évoluer sur les pistes cyclables, les rues cyclables (où les vélos ont priorité) et voies cyclables (la chaussée au sens large).

Les vélos à assistance électrique et gyropodes de type «Segway» qui roulent à moins de 25 km/h sont assimilés aux vélos et peuvent donc rouler aux mêmes endroits. Mais doivent aussi être équipés comme un vélo: sonnette, éclairage, catadioptres… 

Les vélos à assistance qui dépassent les 25 km/h, les fameux Speedelec, sont considérés comme des cyclomoteurs et sont soumis aux mêmes contraintes.

Les trottinettes, des cas particuliers

Quid des monoroues, skateboards électriques, hoverboards? Surprise: ils ne sont pas définis par le Code de la route et sont donc, selon la police, tout simplement «interdits sur la voie publique». Voie publique qui inclut la chaussée, les trottoirs, les accotements, les dépendances, les places publiques, les pistes cyclables et les chemins pour piétons. Ils ne peuvent donc rouler nulle part ou presque!

Reste le cas des trottinettes. Particulier car cet engin, électrique ou non, n’est pas non plus défini par le Code de la route. «On pourrait les assimiler aux cycles», précise la police. «Mais selon la définition, le cycle est propulsé exclusivement par la force musculaire à l’aide de pédales ou de manivelles, ce qui n’est pas le cas d’une trottinette». Qui est donc aussi totalement interdite de circulation a priori, sauf sur les pistes et voies cyclables. Et, même si elle ne le confirme pas, la police fait néanmoins preuve d’une certaine forme de tolérance par ailleurs.

Enfin, la police précise que les skateboards, inlineboards et autres patins à roulettes sont interdits sur la voie publique sauf si un panneau spécifique l’autorise.

74 euros d’amende

Bien évidemment, le Code prévoit aussi des sanctions en cas d’infraction. Votre vélo est mal équipé? Ce sera 74 euros d’amende. Même montant si on roule sur un trottoir ou à un autre endroit prohibé. Et ce sera 49 euros de punition si vous êtes contrôlé équipé de patins à roulettes ou en skateboard dans une zone piétonne.