POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Télévision

Sylvia Camarda en plein «Move» sur Arte



La danseuse et chorégraphe vient de commencer un nouveau projet avec la chaîne de télévision Arte. «Move!» est consacré à la danse sous toutes ses formes.

C’est à la faveur d’une tournée à Leipzig que Sylvia Camarda, danseuse et chorégraphe luxembourgeoise, a rencontré Wolfgang Bergmann, le directeur d’Arte Allemagne. «Après le spectacle, il y avait une discussion de plateau avec des chorégraphes internationaux comme Josef Nadj ou Alain Platel. J’étais impressionnée par leur présence, alors je me suis très bien préparée pour parler de la danse contemporaine», se souvient-elle.

Une présentation qui a tapé dans l’œil de l’amateur et connaisseur de danse qu’est Wolfgang Bergmann puisqu’il propose à Sylvia Camarda de réfléchir à une émission sur la danse pour la chaîne culturelle. «Nous avons brainstormé pendant des heures pour sortir tout ce qui nous faisait envie sur le sujet et puis nous nous sommes lancés dans le tournage d’un pilote.»

«Move!» – c’est le titre de l’émission – a passé les diverses étapes de validation à tous les niveaux de la chaîne et dans différents pays où elle sera diffusée, et le premier épisode sera présenté ce samedi soir sur les antennes. «L’idée est d’amener la danse contemporaine à un public large en montrant que les mouvements viennent de la vie de tous les jours et en rendant visibles ses différentes facettes.»

Aussi, c’est à partir de thématiques que la chorégraphe luxembourgeoise a concocté ses émissions. La première tournera autour de la peur et de son expression dans la danse. L’équipe d’Arte fait étape à Paris, ville marquée par des attentats. Les danseurs et chorégraphes rencontrés (Sidi Larbi Cherkaoui, notamment) s’expriment par le langage du corps pour mieux combattre cette peur et pour lancer un appel à la tolérance.

Viendront ensuite des émissions sur le voile et les voilages, les liquides (on y attend évidemment Jan Fabre), le pouvoir de la communication, le vol et enfin la haine. «Pour chaque émission, je rencontre des chorégraphes et danseurs qui sont dans l’actualité, mais aussi des chercheurs ou universitaires qui peuvent me parler de la thématique», détaille-t-elle.

L’ensemble comprendra six émissions à voir à partir du mois de mai.