ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Partenariat technologique

Simplifier l’accès à la propriété



Olivier Debehogne et Pierre Clément voient Myhome comme un canal pour faciliter la vie aux acheteurs potentiels.  (Photo: Mike Zenari)

Olivier Debehogne et Pierre Clément voient Myhome comme un canal pour faciliter la vie aux acheteurs potentiels. (Photo: Mike Zenari)

Pour créer Myhome, une plateforme d’aide à la décision immobilière, la Bil vient de s’allier à Nexvia, une start-up née il y a quelques mois. Dans le panier de mariage: une large base d’utilisateurs pour la banque et une technologie intuitive pour la jeune pousse.  

Dans le contexte de la Semaine nationale du logement, la Banque internationale à Luxembourg dévoile Myhome, son premier service coconstruit avec une start-up, et destiné à être une mine d’informations pour tous les acheteurs, clients ou non.

«L’achat est un moment-clé dans la vie d’une personne. Il y a énormément d’informations et de paramètres à maîtriser», introduit Olivier Debehogne, head of retail and digital banking pour la Bil. «Notre but est d’aider les acheteurs à prendre les bonnes décisions en se posant les bonnes questions. Nous apportons avec cette solution prédictibilité, tranquillité d’esprit et transparence.»

Notre ambition est de 'disrupter' une industrie assez ronronnante.

Pierre Clément, fondateur de Nexvia

Choisie par la Bil pour son intuitivité, la plateforme de base a été développée par Nexvia, start-up née en janvier 2016. Hébergé au Technoport, incubateur avec lequel la banque avait noué une alliance en juin, le nouvel acteur entend, à travers toutes ses activités, dépoussiérer le secteur immobilier, globalement peu digitalisé. «Notre ambition est de 'disrupter' une industrie somme toute assez ronronnante», partage Pierre Clément, fondateur et managing director Nexvia, qui emploie aujourd’hui huit personnes. «Nous essayons de rendre l’expérience d’achat moderne et plus agréable.»

Anticiper ses dépenses

Avec Myhome, qui fait l’objet d’un partenariat exclusif entre les deux acteurs, l’idée est de réunir toutes les informations fiscales et financières importantes pour planifier l’acquisition d’un bien, simulations à la clé. Montant de l’apport personnel à apporter, déductions potentielles ou frais d’enregistrement à considérer y sont indiqués.

«Quand j’ai moi-même acheté un bien, mon expérience a été désastreuse», se rappelle Pierre Clément. «Je n’avais pas toutes les données en main pour dimensionner mon projet et personne ne savait me renseigner sur tous les aspects. L’aspect fiscal est prépondérant dans ce type d’investissement. Notre but est de rendre les acheteurs autonomes et en contrôle.»    

Notre optique est de faciliter la vie des acheteurs.

Olivier Debehogne, Bil

Accessible en ligne et simple d’utilisation, l’outil est responsif. Divisé en trois pôles selon le type d’acheteur, il veut permettre d’analyser, estimer et calculer les frais de son projet d’acquisition en fonction de sa situation personnelle. «Notre optique est bien de faciliter la vie des acheteurs. C’est le rôle d’une société de services comme la nôtre. Le partenariat entre la Bil et Nexvia permet d’offrir le meilleur des deux mondes», achève Olivier Debehogne. «Myhome ne supprime, bien sûr, pas le rôle du conseiller. Il permet de débroussailler le terrain et de venir mieux préparé en agence.»