ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

Urbanisme

Royal Hamilius: l'acte courant décembre



Vue de la nouvelle place devant la Poste. Les espaces extérieurs seront plus traités comme des espaces d’expérimentation que de consommation. Des dalles lumineuses seront intégrées dans le sol minéral. (Illustrations: Codic / Jones Lang Lasalle / Foster / Tetra)

Vue de la nouvelle place devant la Poste. Les espaces extérieurs seront plus traités comme des espaces d’expérimentation que de consommation. Des dalles lumineuses seront intégrées dans le sol minéral. (Illustrations: Codic / Jones Lang Lasalle / Foster / Tetra)

La Ville de Luxembourg a fait ce mardi un point d’information générale juste avant la signature de l’acte d’emphytéose qui devrait se dérouler prochainement, certainement courant décembre lors de l’un des trois conseils communaux.

Après de longs mois de travail et de négociations, la Ville de Luxembourg annonce que tout est prêt pour que l’acte d’emphytéose du projet Royal Hamilius puisse être signé. «Nous avons beaucoup travaillé depuis le mois d’août, avec les différents membres de la commission des finances et du patrimoine, les avocats, les banques, pour arriver à un accord et à une convention qui a été acceptée à l’unanimité, sans aucune abstention. Nous pouvons affirmer qu’un véritable partenariat s’est mis en place avec l’investisseur-promoteur Codic International SA pour ce projet de grande envergure et avec un impact financier important pour la Ville», déclare Lydie Polfer, bourgmestre de la Ville de Luxembourg. «Notre intérêt est de réaliser ce projet en respectant les engagements financiers et le calendrier d’exécution. Nous comptons beaucoup pour cela sur le savoir-faire et l’expérience de Codic International.»

Si le projet a été remporté par concours en 2009 par le groupement Codic International SA, Jones Lang LaSalle SECS et Foster and Partners – Tetra Kayser Paul et associés, il a été depuis lors affiné et précisé pour qu’aujourd’hui tout soit prêt à entrer dans la phase de réalisation. «Les étapes ont été difficiles jusqu’à présent, avoue Thierry Behiels, CEO de Codic International, mais nous avons autour de la table des partenaires très engagés et de qualité. Depuis avril 2014, nous avons le permis de construire et le fait que Norman Foerster soit l’architecte du projet est aussi un gage de qualité pour nous.»

Le montage financier était un enjeu de taille et représente un total d’environ 300 millions d’euros. «Les finances proviennent de différents partenaires qui sont Adia (Abu Dhabi Investment Authority), le plus gros fonds souverain au monde, et un pool de banques qui se compose de BGL BNP Paribas, ING Luxembourg et Belfius», précise Thierry Behiels. «Toutefois, Codic développera la partie logement seul.» Le fait d’avoir un seul partenaire financier pour l’entièreté du projet devrait par ailleurs également être un gage de sécurité et laisse présager d’une bonne pérennité de l’ensemble et d’un bon entretien du projet.

Un vaste programme

 «Il s’agit d’un vaste projet mixte mêlant logements, bureaux et commerces, chaque entité pouvant être utilisée de manière autonome», précise Julien Kohnen, ingénieur – directeur à la Direction du géomètre de la Ville de Luxembourg.

Pour la partie commerce, il y aura aussi bien un grand Department Store (9.800 m2) que des boutiques individuelles et même un supermarché (1.300 m2) qui trouvera sa place au premier sous-sol, sous la place Hamilius. À ce sujet, quelques noms ont filtré, et bien que Codic soit encore sous le coup de la confidentialité et ne peut donc pas à ce jour confirmer ces informations, on a pu entendre que Galeria Inno occuperait le Department Store et que Delhaize occuperait le local du supermarché. Tous les rez-de-chaussée seront occupés par des surfaces commerciales favorisant la déambulation piétonne. La zone piétonne du centre-ville sera à l’occasion de ce projet étendue à la rue Aldringen et à la fin de la Grand-Rue jusqu’au boulevard Royal. Une des attractions de ce nouvel ensemble de commerces sera certainement l’établissement Horesca qui se situera sur le toit de l’immeuble dédié au Department Store et qui se prolongera par un jardin public.


Vue de la façade du Department Store donnant sur le boulevard Royal.

Pour la partie logement, 73 unités sont programmées et seront mises en vente par Jones Lang LaSalle et Unicorn. Ceci représentera une surface de 7.500 m2 répartis dans trois immeubles, deux donnant sur la place Hamilius, un autre sur la rue Aldringen. Les logements bénéficieront des loggias avec panneaux coulissants pour plus d’intimité en cet hyper centre-ville et d’une terrasse de toit privative.

Les bureaux occuperont une surface totale de 7.500 m2, dans un immeuble entre le 49, boulevard Royal (et dont les négociations de rachats à ses actuels propriétaires ont échoué) et l’immeuble de logement. Une vaste terrasse de toit est également prévue et sera réservée aux occupants de cet immeuble.

 


Les toitures vertes deviendront de véritables espaces verts praticables. La toiture la plus haute sera occupée par un établissement Horesca et un jardin public.

On trouvera également sept niveaux de parking en sous-sol qui nécessiteront au moins un an de travaux.

Si les travaux de désamiantage ont déjà commencé depuis un mois, le chantier en lui-même commencera dès que le bail emphytéotique sera signé. Le projet sera livré de manière progressive. «Ce sont les parkings qui seront ouverts au public en premier et le Department Store devrait être livré environ un an avant la livraison finale de l’ensemble», précise Raffaele Guiducci, directeur général de Codic Luxembourg.

Thierry Behiels a profité de cette rencontre avec la presse pour annoncer des changements au niveau de la structure de l’actionnariat de son entreprise. Depuis juillet 2014, cette société de droit belge créée en 1970 est détenue par la famille Descours qui jusqu’à présent s’était spécialisée dans les entreprises du luxe (les chaussures J. M. Weston, les vins Château de la Verrerie, les champagnes Piper-Heidsieck, les vêtements pour enfants Bonpoint, etc.) et souhaite se diversifier en investissant dans l’immobilier, Gérard Mullier (fondateur du groupe Auchan) et Thierry Behiels lui-même. Outre le projet Royal Hamilius, ils ont dans leur portefeuille un projet à l’aéroport de Bruxelles National, un projet commercial à Perpignan et un autre à Paris.