PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Banques

RBC: plan social signé pour 210 personnes



rbc-luxembourg_agora_ed-052.jpg

Le 8 février dernier, la direction du groupe RBC IS avait annoncé vouloir alléger ses coûts de 25%. (Photo : Etienne Delorme / archives)

Les syndicats et la direction de RBC Investor Services Luxembourg ont signé le plan social, lié à une réduction des coûts du groupe canadien. Le nombre de salariés concernés a été réduit à 210, en interne, sur les 288 suppressions de postes, en tout.

La signature a eu lieu ce mercredi, et est confirmée ce jeudi par un communiqué commun des syndicats LCGB-SESF, OGBL-SBA et Aleba: «Les représentants du personnel de l’entreprise, les syndicats et la direction de RBC IS Luxembourg ont pu se mettre d’accord sur les modalités d’un plan social.»

Le nombre de salariés de RBC concernés par le licenciement collectif a pu être ramené de 229 (219 équivalents temps plein) à 210. «De ce nombre, explique le communiqué syndical, devront encore être déduits les salariés qui pourront bénéficier d’une préretraite ajustement au cours de l’année 2013.»

De quoi amoindrir l’impact du plan de restructuration global, voulu par le Canadien, seul aux commandes de l’ex RBC-Dexia. Mais pas de quoi effacer les stigmates, dans le déjà célèbre bâtiment rouge élevé à Belval.

288 postes en tout

Le 8 février dernier, la direction du groupe RBC IS avait annoncé vouloir alléger ses coûts de 25%, et supprimer 288 postes. 219 équivalent temps pleins concernaient des postes internes à RBC IS Luxembourg. Les autres postes concernaient des intérimaires et des contrats externes, touchés en premier.

On entrait alors dans une procédure de licenciement collectif, dont la phase de consultation légale s’est terminée le 4 mars dernier. 15 jours de négociations ont encore suivi, face à l’infléchissement de l’entreprise, alors que les syndicats, en front commun, proposaient des alternatives pour limiter la casse.

Mesures sociales et financières

Le plan social, à présent signé, s’accompagne de mesures sociales et financières: indemnités extra-légales, liées à l’âge et à l’ancienneté, mais aussi à la situation familiale, possibilités de préavis prolongés pour les salariés n’ayant pas retrouvé embauche au terme du préavis légal, prime à la mobilité internationale… Un budget a par ailleurs été dégagé pour permettre de réaliser des formules d’outplacement ou de formations. Les syndicats précisent que «l’accompagnement de la mise en œuvre du plan social se fera au travers d’une commission paritaire de suivi».

À ce stade, seuls les syndicats ont commenté les faits.