POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Fondation Idea

Quel régime pour les congés extraordinaires?



Le nombre de jours accordés à un père pour la naissance de son enfant varie suivant qu’il soit salarié du secteur privé ou fonctionnaire. (Photo: Licence CC / Pixabay)

Le nombre de jours accordés à un père pour la naissance de son enfant varie suivant qu’il soit salarié du secteur privé ou fonctionnaire. (Photo: Licence CC / Pixabay)

Dans son avis annuel 2015 – Ô, des espoirs! –, la Fondation Idea avance qu’en plus de conduire des nécessaires (grandes) réformes structurelles, il ne faut pas oublier de corriger certaines (petites) distorsions socio-économiques, afin de tendre vers un Luxembourg (encore) plus juste et efficace. Elle soumet sept «distorsions» à corriger, et invite les lecteurs à compléter cette liste. Cinq d’entre elles seront exposées cette semaine. Aujourd’hui, la Fondation se penche sur les congés extraordinaires.

Au Luxembourg, les congés extraordinaires accordés aux salariés (et apprentis) se caractérisent par une durée variable comprise entre 1 et 6 jours. À la charge de l’employeur, ces congés sont accordés à ceux qui doivent s’absenter de leur travail pour certains motifs d’ordre personnel et sont, fort logiquement, fonction de l’évènement qui y donne droit.

Il y a toutefois matière à rester interdit en comparant ces différents congés.

A priori, rien ne justifie que le nombre de jours accordés à un père pour la naissance de son enfant varie suivant qu’il soit salarié du secteur privé ou fonctionnaire; un nouveau-né ne devrait pas avoir plus ou moins de «droits» en fonction du statut de son père.

De même, il est très surprenant que les salariés bénéficient de six jours pour un mariage ou un partenariat (évènements heureux), soit le double de ce qui est accordé en cas de décès d’un parent ou d’un enfant; il s’agit là d’une hiérarchie des évènements de la vie relativement peu raisonnable.

De plus, dans la mesure où 40% des mariages finissent par un divorce, 25% des nouveaux mariés sont d’anciens divorcés, et qu’il est possible de transiter du partenariat au mariage, un même individu peut au cours d’une vie bénéficier à plusieurs reprises de congés «extraordinaires» liés au mariage.

Dans le cadre du «Zukunftspak» (mesure no109), il a été annoncé une «limitation du congé extraordinaire pour la célébration du mariage ou du partenariat à un maximum de deux fois 6 jours ouvrables» dans la fonction publique; c’est un bon «premier pas» qu’il faudra compléter en réalisant un «dépoussiérage» plus général des congés extraordinaires.