PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Restructuration

NPG réduit ses effectifs et repense sa stratégie



npg_wealthmanagement_marc_stevens.jpg

Marc Stevens, CEO de NPG Wealth Management (Photo: NPG Wealth Management)

L’assureur vie a choisi de repenser son modèle d’activité face à un contexte de pression accrue. 55 emplois passent à la trappe sur 200 employés. Un redéploiement d’activité va suivre, avec le Luxembourg affirmé comme tête de pont.

Face à un contexte réglementaire changeant et à une évolution du marché, le groupe NPG Wealth Management (NPG) spécialisé dans l’assurance vie au niveau européen en libre prestation de services a décidé de réagir. Et de revoir sa stratégie, mais aussi son modèle d’activité. 

Sur le plan opérationnel et de la maîtrise des coûts, ce redéploiement annoncé aujourd’hui signifie tout d’abord une réduction de ses effectifs.

«En dépit des départs naturels et des efforts relatifs aux charges d’exploitation ces derniers mois, le groupe envisage de réduire ses effectifs: 55 postes seraient concernés sur un total de 200 personnes», indique le communiqué du groupe qui va entamer la période de consultation avec les représentants du personnel et les syndicats. 

Cette décision résulte d’un exercice d’analyse prospectif mené l’an dernier et qui a permis de cibler cinq marchés cibles en sus du Luxembourg et de la Suisse où la clientèle résidente (dans le segment des fortunés voire très fortunés) est visée: la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France et le Royaume-Uni. 

Simplifier la structure du groupe

«Nous voulons poursuivre dans notre core business en libre prestation de services (LPS) et améliorer notre offre de services et de produits», déclare Marc Stevens, CEO de NPG Wealth Management à Paperjam.lu.

Car le groupe, tout comme d’autres acteurs de la Place, doit faire face à une triple pression, à la fois réglementaire, financière et concurrentielle qui a poussé, le groupe a repenser sa manière d’aborder le marché.

L’assureur entend donc effectuer les choix nécessaires pour garantir sa pérennité dans ce contexte. «Les changements législatifs en Europe et dans le monde, dont la transparence fiscale et l’échange d’informations, marquent des virages dans notre secteur. Notre business model devait changer», ajoute Marc Stevens.

L’arrivée prochaine de l’échange automatique d’informations va profondément modifier le paysage financier luxembourgeois avec l’évolution d’une clientèle retail et aisée au profit d’une clientèle plus rare, mais plus fortunée. Première mesure actée: une simplification de la structure du groupe qui avait logé ses holdings au Luxembourg pour effectuer des activités à Gibraltar et aux Bermudes. Ces deux marchés sont abandonnés.

Alors que l’entité luxembourgeoise doit gagner en importance quant aux opérations de support au sens large, le groupe entend se donner la latitude nécessaire pour attirer une clientèle de moins en moins mass affluent mais située dans le segment haut de gamme. 

«Nous voulons nous adapter maintenant et investir pour le futur», ajoute Marc Stevens. «Nous sommes candidats pour acquérir potentiellement des sociétés saines, pérennes et qui pourraient compléter notre activité.» Dans le même temps, le cap est mis sur les marchés émergents, avec un premier pas au Brésil avant d’élargir des actions sur l’Amérique latine dans son ensemble.

Un repli en termes d’effectifs pour aborder l’avenir sous une nouvelle stratégie. Cet axe de développement ne devrait pas se limiter à NPG.