POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Pause musicale

«Monsieur le ministre», messieurs les ministres



Enrico Lunghi a publié ce week-end une chanson sous forme de pamphlet sur un ministre ou plutôt sur les ministres qu’il connaît si bien.

Ce week-end, Enrico Lunghi a posté sur Youtube une chanson en français, que les chansonniers ne renieraient pas. «Monsieur le ministre, je vous ai écrit une chanson», entame Enrico Lunghi, guitare sèche à la main. Une adresse qui fait penser à celle de Boris Vian dans «Le Déserteur».

Il y dénonce la «surdité» des politiques, leur omniprésence médiatique («vous êtes à la télévision, dans les journaux, aux inaugurations»), la collusion avec les puissants…

«Monsieur le ministre» semblerait, après les premières secondes, s’adresser à un ministre en particulier. Une évidence? Pas si sûr. Sans le nommer, ce fameux ministre s’avère en réalité représenter tous les ministres qui «devant les caméras» hurlent «avec les loups» et qui peuvent «perdre toute noblesse».

Je ne fais de mal à personne, ma seule arme est un bulletin de vote.

Enrico Lunghi

Si «l’affaire Lunghi» a au moins eu un bénéfice, c’est bien d’avoir rendu à l’ex-directeur du Mudam sa liberté artistique et de parole, comme il l’avait déjà montré lors de son pot de départ.

Radieux dans le clip, Enrico Lunghi semble être soulagé d’avoir écrit cette chanson, lui qui connaît bien le sérail politique. «Je ne fais de mal à personne, ma seule arme est un bulletin de vote», chante Enrico Lunghi dans cette chanson-exutoire où il prévient encore «un jour vous quitterez la scène (…), votre nom finira bien vite au fond des poubelles de l’histoire». Les intéressés apprécieront!