ENTREPRISES & STRATÉGIES — Artisanat

Gastronomie

«Mes deux étoiles, ce sont mes deux fils»



Christophe Quentin et Cyril Molard, les nouveaux étoilés du Luxembourg. (Photo: D.R.)

Christophe Quentin et Cyril Molard, les nouveaux étoilés du Luxembourg. (Photo: D.R.)

Très ému lors de la remise de ses deux étoiles au guide Michelin, Cyril Molard revient sur cette récompense. Christophe Quentin, aux Jardins d’Anaïs, relate son expérience.

La salle du Flanders Expo est comble, les chefs et leurs équipes se saluent, les pronostics vont bon train dans les allées. Mais, superstitieux et peu enclin aux paris, Cyril Molard ne veut pas faire de plans sur la comète: «Cela fait quelques années que d’autres chefs ou des clients m’annoncent une deuxième étoile et je ne vois rien venir. Je préfère ne m’attendre à rien.»

Quand Gwendal Poullennec, nouveau directeur international du guide Michelin, annonce que «nous allons passer aux nouveaux deux étoiles, avec d’abord une adresse au Luxembourg…», la tension monte. L’écran précise vite «Oetrange», puis «Ma Langue Sourit», le doute n’est plus permis, Cyril Molard bondit de joie et se fraie un chemin pour monter sur scène. 

Manifestement ému, il répond aux questions de la journaliste avant d’avoir un mot pour sa maman, décédée l’été dernier, «qui doit être bien fière là-haut».

Je ne suis pas un surdoué ou un génie de la cuisine.

Cyril Molard, Ma Langue Sourit

Plus tard, alors que son téléphone n’arrête pas de vibrer pour des appels ou des messages de félicitations, il confiera à Paperjam.lu: «Ces derniers mois ont été difficiles, je n’avais pas la tête à la cuisine, mais mes enfants et ma femme m’ont poussé, fait avancé: mes deux étoiles, ce sont mes deux fils.»

Pour le chef de 47 ans, ces deux étoiles arrivent donc à point nommé. «Je ne suis pas un surdoué ou un génie de la cuisine, je suis un artisan qui a travaillé dur pour arriver où il est», exprime-t-il, modeste. Il aborde donc cette consécration sans pression: «Je suis heureux de ressentir ce que ça fait, je voulais y goûter, comme un sportif qui remporte une victoire ou comme l’ascension d’une montagne.»

Six mois et une étoile

Un peu plus tôt dans la soirée, c’est un autre restaurant luxembourgeois qui a été récompensé. Les Jardins d’Anaïs était le premier appelé sur scène. Le chef Christophe Quentin et la patronne Annabelle Hazard n’ont pas pu réprimer un cri de joie à l’appel de leur nom pour recevoir une étoile.

Une réussite, quelque six mois seulement après l’ouverture du restaurant de Clausen. «J’aboutis à un rêve», exprime le chef, qui sait que c’est aussi «(son) parcours et (son) expérience qui ont été salués». Christophe Quentin est également très reconnaissant de ses patrons: «J’ai la chance d’avoir les moyens de travailler des beaux produits, d’avoir un équipement de pointe et une équipe de haut niveau.»

Il ne veut pas se mettre de pression et «après l’euphorie, on va se remettre au travail, car l’étoile, il faut la mériter tous les jours».

Dans la sélection du guide Michelin 2019, le Luxembourg compte désormais huit restaurants avec une étoile (Clairefontaine, La Cristallerie, La Distillerie, Fani, Guillou Campagne, Les Jardins d’Anaïs, Lea Linster, Toit pour Toi) et deux avec deux étoiles (Mosconi et Ma Langue Sourit).