POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Taxe robots et revenu universel

Libération s’intéresse au projet de Mady Delvaux



15991759_10158049502510057_2135070509_o.jpg

Benoît Hamon a repris le «package» de l’eurodéputée luxembourgeoise. (Photo: DR)

Le projet du candidat à la primaire de la gauche française Benoît Hamon s’inspire en grande partie du rapport de Mady Delvaux, eurodéputée socialiste luxembourgeoise. Au cours d’une interview, le journal Libération s’est intéressé à ce projet, débattu ce jeudi par la commission juridique du Parlement européen. 

Instaurer une taxe robots et un revenu universel. Voici ce que préconise Mady Delvaux, membre de la commission juridique du Parlement européen, dans un projet de rapport sur les règles concernant la robotique.

Le sujet est débattu ce jeudi à la commission juridique, bien que peu prisé des politiques. Mais si elle ne s’attend pas à obtenir la majorité lors du vote, Mady Delvaux espère toutefois réussir à éveiller les consciences et soulever le débat.

Mieux vaut prévenir que guérir

«Il vaut mieux que nous débattions au cas où ça arrive», affirme-t-elle dans une interview à Libération ce jeudi. Pour le moment, explique-t-elle, le système social européen repose sur l’emploi. Si les robots en viennent à supprimer les emplois, il sera alors nécessaire de réfléchir à des modèles alternatifs. Ce à quoi la réponse pourrait bien être, selon elle, le revenu universel.

Une problématique peu présente en politique

En France, Benoît Hamon est «le seul candidat [à parler] des robots dans sa campagne», souligne l’eurodéputée socialiste. Mady Delvaux est en effet une source d’inspiration pour le politique français, qui a d’ailleurs cité la Luxembourgeoise le 8 décembre dernier sur France 2.