ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

Semestre européen

Les questions des pensions et du logement discutées



roetgen.jpeg

Du côté syndical, André Roeltgen (OGBL) s’est déclaré opposé à un relèvement de l’âge de départ à la retraite, préconisé par la Commission. (Photo: Maison moderne / archives)

Le patronat, les syndicats et le gouvernement ont débattu ce lundi des remarques adressées au Luxembourg par Bruxelles dans le cadre du semestre européen. Notamment sur son système de pensions et ses coûts du logement.

Le gouvernement et les partenaires sociaux se sont réunis lundi soir pour évoquer, dans le cadre du semestre européen, le rapport de la Commission européenne sur la situation économique et financière du pays.

Dans ce rapport, l’exécutif européen a adressé fin février une bonne note au Grand-Duché, soulignant notamment une forte hausse des investissements publics liés aux projets d’infrastructure après des années de maigres efforts et, du côté du secteur privé, une vague porteuse dans les investissements immobiliers.

Lors de la réunion qui s’est tenue hier, gouvernement, syndicats et patronat se sont avant tout félicités de ce bulletin rédigé par Bruxelles, avant de discuter des quelques (rares) critiques formulées par la Commission, notamment à l’égard du système de pensions «en surplus grâce à l’augmentation de la population active, mais dont les coûts sont parmi les plus élevés d’Europe».

Pensions: un système garanti

Face à sa proposition de relever l’âge de départ à la retraite, les syndicats ont opposé un «non» catégorique – considérant que le système n’était nullement menacé – alors que le gouvernement a quant à lui fait part de sa volonté, mais sans urgence, de rapprocher un peu plus l’âge réel de départ à la retraite de l’âge officiel de celui-ci, qui est aujourd’hui de 65 ans.

Autre reproche adressé par la Commission européenne au Luxembourg, la situation du logement – à travers sa pénurie et ses coûts – a elle aussi été discutée.

Sur ce point, cités par nos confrères de RTL, le président de l’OGBL, André Roeltgen, a plaidé une nouvelle fois pour des prix plafonnés dans certaines zones, tandis que du côté du patronat, Michel Wurth – le président de l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) – a préconisé de construire davantage de logements par le biais de procédures raccourcies.