PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Résultats 2015

Les Qataris se servent un gros dividende sur la Bil



La Bil a récolté en 2015 un montant de revenus nets de 134,2 millions d'euros, en hausse de 10% par rapport à l’exercice 2014 (122,1 millions).  (Photo: Maison Moderne /archives)

La Bil a récolté en 2015 un montant de revenus nets de 134,2 millions d'euros, en hausse de 10% par rapport à l’exercice 2014 (122,1 millions). (Photo: Maison Moderne /archives)

L’assemblée générale de la Bil, ce vendredi à 11 heures, devrait valider l’entrée de l’ancien ministre des Finances Luc Frieden à la présidence du conseil d’administration. Maurice Lam, l’ancien patron de Deloitte Luxembourg, va aussi l’y rejoindre. L’actionnaire qatari va se servir un beau dividende de 60 millions d’euros.

Les dirigeants de la Banque internationale à Luxembourg (Bil) ne lésinent pas sur les moyens pour verrouiller les informations avant l’assemblée générale de la banque organisée ce vendredi à 11 heures, allant jusqu’à menacer les petits actionnaires de représailles en cas de fuite d’informations et assortissant ces documents d’un tampon confidentiel, comme s’il s’agissait d’un secret d’État.

Comme tous les secrets sont faits pour être révélés, nous ne résistons pas à vous livrer en avant-première le détail des chiffres de l’activité de la Bil en 2015, en précisant au passage que la banque est contrôlée à 10% par l’État luxembourgeois, et en l’occurrence le contribuable luxembourgeois, qui a le droit de savoir où passe l’argent public.

La Banque avait, il y a quelques jours, communiqué sur les grandes lignes de ses résultats en 2015.

On retiendra d’abord que l’assemblée générale des actionnaires validera vendredi à partir de 11 heures la nomination de Luc Frieden, l’ancien ministre CSV des Finances, au conseil d’administration. Il en prendra aussi la tête, en remplacement de François Pauly, qui a dû lâcher ce mandat officiellement pour raison de cumul incompatible avec les règles européennes de CRD4 qui imposent une nouvelle gouvernance aux banques importantes.

Il y aura un second nouveau venu parmi les administrateurs de la Bil: Maurice Lam, 58 ans, devrait y faire son entrée. Il siège déjà au conseil d’administration de KBL European Private Bankers, la deuxième banque luxembourgeoise des Qataris de Precision Capital. Celui qui fut le «managing partner» de Deloitte Luxembourg entre 2000 et 2010 est aussi administrateur de Bank of China.

Singapour et les Émirats en berne

La Bil a dégagé en 2015 un bénéfice net de 83,6 millions d’euros. Ses actionnaires se montrent particulièrement gourmands en se servant un dividende de 69,9 millions d’euros. Avec 90% du capital, Precision Capital va encaisser environ 60 millions d’euros. De son côté, l’État luxembourgeois, qui détient 10% du capital, fera rentrer près de 7 millions d’euros dans ses caisses. Le dividende distribué s’affiche à 34,69 euros bruts par action.

La Bil a récolté en 2015 un montant de revenus nets de 134,2 millions d'euros, en hausse de 10% par rapport à l’exercice 2014 (122,1 millions). La vente des actions de Luxempart a rapporté 67 millions. À l’opposé, la banque a souffert des fermetures de ses activités en Belgique (reprises par KBL) et à Singapour.

Les activités luxembourgeoises ont généré un «chiffre d’affaires» de 526,2 millions d’euros pour un revenu de 193,2 millions (168,2 millions un an plus tôt). Singapour a affiché une perte de 7,16 millions d’euros, la Suisse pointe à -18,7 millions et les Émirats arabes unis à -3 millions d’euros.

Selon le rapport de gestion, les prêts à la clientèle ont progressé de 4,9% à 11,4 milliards d’euros.

Les actifs sous gestion s’affichaient à 35,5 milliards d’euros, en hausse de 15,2%. Une progression que les dirigeants expliquent par l’acquisition de KBL Suisse et ses 2 milliards d’actifs sous gestion et des effets de marché à hauteur de 1 milliard d’euros.