POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Cercle Artistique de Luxembourg

Les lauréats du Prix Pierre Werner 2018 dévoilés



cal_prix_pierre_werner.jpg

Roland Schauls et Sandra Lieners sont les lauréats du Prix Werner 2018. (Photo: Mike Zenari)

Le Prix Pierre Werner, décerné dans le cadre du salon annuel du Cercle artistique de Luxembourg (Cal), a été attribué à Sandra Lieners et Roland Schauls.

Attribué tous les deux ans en alternance avec le Prix Grand-Duc Adolphe, le Prix Pierre Werner récompense une œuvre présentée dans le cadre du salon artistique annuel. Cette année, ce sont deux peintres qui ont été récompensés: la jeune Sandra Lieners, avec l’œuvre «Settembre» de la série «Beyond the Surface», et Roland Schauls pour son œuvre «Windstille».

Sandra Lieners (née en 1990) construit une carrière pleine de promesses et qui s’affirme d’année en année. Elle intègre dans son travail les aspects les plus récents d’une figuration qui se situe après certaines tendances du post-modernisme. Ses clins d’œil à l’art de Michel Majerus l’inscrivent dans cette continuité d’un réalisme puisant ses ressources thématiques et ses processus techniques dans les thésaurus d’images que propagent l’internet et la scène artistique internationale. Elle les combine et les monte dans des configurations formelles héritées des collages cubistes et dadaïstes, mais comme vus à travers les lunettes du pop art. Son aisance technique lui permet de glisser de la figuration vers l’abstraction.

Sandra Lieners, devant son œuvre au Salon du Cal 2018.

Sandra Lieners devant son œuvre au Salon du Cal 2018.

Roland Schauls, quant à lui, est déjà bien établi sur la scène locale et internationale. Son réalisme expressif et l’attention qu’il porte à la couleur témoignent de sa singularité. Son art s’inscrit dans le «revival» figuratif de la peinture contemporaine, mais hors des courants néo-expressionnistes allemands et des imageries froides et narratives françaises et américaines. Ses références à l’œuvre de Joseph Kutter manifestent, en revanche, son fort attachement à l’histoire de l’art luxembourgeois. Il transcrit un monde familier, intime, dans des compositions dont les motifs s’inscrivent dans une spatialité narrative empreinte de nostalgie.

Roland Schauls devant son œuvre au Salon du Cal 2018.

Roland Schauls devant son œuvre au Salon du Cal 2018.

Ce prix peut être décerné à un artiste participant à l’exposition, qu’il soit membre titulaire ou non du Cal. Doté de 2.500 euros, il offre également depuis cette année la possibilité de bénéficier d’une exposition monographique à la Galerie Schlassgoart.