POLITIQUE & INSTITUTIONS

Recrutements à venir

Les futurs «traminots» ne seront pas fonctionnaires



capture_decran_2015-07-02_a_08.28.20.png

Les 40 futurs «traminots» seront salariés de droit privé, employés par la société Luxtram et pas par la Ville de Luxembourg. (Photo: Luxtram)

Les 40 chauffeurs de tram qui seront recrutés dans le courant 2016 ne seront pas embauchés sous le régime des fonctionnaires communaux, sous lequel travaillent les chauffeurs de bus.

«Si certains chauffeurs de la ville de Luxembourg ont le rêve de conduire le tram, nous n’allons pas les en empêcher. Mais les recrutements seront réalisés par Luxtram et non par la Ville, indique Sam Tanson (Déi Gréng), première échevine de la capitale en charge de la mobilité. Les futurs chauffeurs ne seront donc pas sous le statut de fonctionnaires communaux, car ils seront employés par Luxtram.»

La précision, donnée mercredi en marge de la présentation du design du tram, a son importance. Car les 40 futurs «traminots», embauchés dans «le courant 2016» selon André von der Marck, directeur général de Luxtram, seront donc des salariés du secteur privé et, à ce titre, ne bénéficieront pas des conditions de travail des chauffeurs de la capitale. À savoir des conditions accordées par le statut de fonctionnaire communal.

Des traminots capables de faire des annonces dans les trois langues officielles du pays.

André von der Marck, directeur général de Luxtram

Concrètement, même si chauffeurs de bus et conducteurs de tram exerceront dans les rues de la capitale, ils seront soumis à deux régimes distincts, notamment en matière salariale. «Luxtram est une société de droit privé et, à ce titre, embauche actuellement déjà 16 personnes avec des contrats de droit privé, note André von der Marck. Il est encore beaucoup trop tôt pour évoquer notre stratégie de recrutement, mais il est certain qu’ils ne travailleront pas gratuitement.»

Seule indication fournie, le fait que les futurs salariés puissent «être capables de faire les annonces au public dans les trois langues officielles du pays». Et ce, même si le futur recrutement «sera ouvert», précise le directeur général. Les suites de ce sujet hautement sensible devraient intervenir dans les mois à venir.