POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Au Kirchberg

Les futures formes du Jean Monnet 2 dévoilées



capture_decran_2016-07-25_a_12.17.42.png

Le nouveau Jean Monnet 2 sera constitué d'une tour de 23 étages et d'un autre bâtiment de 7 étages. L'ensemble pourra accueillir plus de 3.000 fonctionnaires. (Photo: source ministère du Développement durable et des Infrastructures)

Une nouvelle tour de 23 étages ainsi qu’un second bâtiment seront construits au Kirchberg d’ici 2021 dans le cadre du projet Jean Monnet 2, destiné à réunir sur un seul site tous les fonctionnaires de la Commission européenne basés à Luxembourg.

On sait désormais à quoi ressemblera le futur Jean Monnet 2, après l’adoption vendredi par le conseil de gouvernement du projet de loi relatif à la construction de ce bâtiment au Kirchberg, destiné à héberger tous les services de la Commission européenne.

C’est en 2009 que l’État s’était engagé à faire construire ce bâtiment pour remplacer le Jean Monnet 1, érigé en 1975 et devenu au fil du temps trop exigu pour pouvoir accueillir tous les fonctionnaires de la Commission, mais surtout insalubre en raison de la présence d’amiante.

Un rapport d’audit publié en janvier 2014, soulignant un risque pour la santé du personnel, avait précipité leur déménagement vers des bâtiments provisoires aménagés au Kirchberg, ainsi que d’autres loués par la Commission à la Cloche d’Or, dont le Laccolith, l’Euroforum ou encore le bâtiment Ariane, ancien siège de PwC Luxembourg.

1 / 5
2 / 5
3 / 5
4 / 5
5 / 5

Le Jean Monnet 2, qui sera construit en deux phases, permettra de rassembler d’ici 2021 tous ces fonctionnaires en un seul endroit, dans un périmètre délimité par le boulevard Konrad Adenauer, la rue Érasme et la rue Antoine de Saint-Exupéry. Il avait fait l'objet d'un concours d'architectes déjà organisé en 2010.

Il s’agira de bâtiments durables au niveau de leur conception. Il seront au nombre de deux, à savoir une tour de 23 étages et une construction plus vaste de 7 étages.

L’ensemble, qui pourra accueillir plus de 3.000 fonctionnaires, représentera une surface brute de 111.000 mètres carrés, auxquels s’ajouteront encore 78.000 mètres carrés de sous-sols.

L’État, qui sera le maître d’ouvrage de ce projet, le préfinancera pour un montant de l’ordre de 340 millions d’euros que lui remboursera ensuite la Commission européenne.