PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Enquête

Les assureurs-vie intègrent la digitalisation



Les technologies digitales font une entrée discrète dans le monde de l’assurance-vie. (Photo: Licence C.C.)

Les technologies digitales font une entrée discrète dans le monde de l’assurance-vie. (Photo: Licence C.C.)

En vue de son «Insurance Day» de ce jeudi 23 novembre, l’Aca a mené une étude conjointement avec l’agence Vanksen afin de jauger l’intérêt des assureurs-vie luxembourgeois pour la digitalisation.

Le secteur de l’assurance-vie se soucie-t-il des progrès et des possibilités offertes par l’innovation technologique? Pour le savoir, l’Association des compagnies d’assurances (Aca) s’est associée à l’agence de communication Vanksen, spécialiste du digital. Ensemble, ils ont mené une enquête auprès des distributeurs de l’assurance-vie luxembourgeoise et des compagnies elles-mêmes afin de faire le point sur les attentes et les réalisations.

Les principales conclusions de cette enquête seront développées ce jeudi après-midi lors de l’Aca Insurance Day à l’European Convention Center de Luxembourg.

Certains résultats parlent en faveur des assureurs-vie. 76% des entreprises d’assurance-vie luxembourgeoises pensent qu’il y a urgence pour elles de fournir des outils pour simplifier et/ou digitaliser la constitution du dossier d’informations client. Quatre assureurs sur cinq prévoient aussi le développement d’outils afin de faciliter le travail des distributeurs au niveau de la collecte des données. Enfin, 62% veulent proposer des moyens de contact digitaux lors de l’identification d’un besoin de leur client.

Deux obstacles

Mais dans cette marche vers la digitalisation, les responsables pointent deux obstacles: la lourdeur de la transposition des nouvelles réglementations et le manque de ressources internes. Plus de huit acteurs sur dix estiment que le poids réglementaire bloque leur progression.

«Les résultats montrent qu’en matière de digitalisation, les assureurs-vie sont conscients des impératifs, qu’ils ont pris le train en marche et que les projets prennent forme actuellement», résume Sarah Lentini, porte-parole de l’Aca. Elle ne veut donc pas parler de retard. Par contre, il est clair que leur plus gros problème est de savoir placer les priorités dans un domaine aussi vaste.

Les assureurs-vie ont pris le train en marche.

Sarah Lentini, porte-parole de l’Aca

Une unanimité se dégage pour dire que les outils digitaux permettront d’augmenter l’efficacité des distributeurs et réduire les coûts. Et, selon les chiffres de l’étude, 70% des compagnies d’assurances proposent déjà une plateforme de suivi des performances du contrat d’assurance-vie aux distributeurs pour leur permettre de consulter les contrats de leurs clients.

Par contre, elles ne sont plus qu’une sur deux (56,25%) à mettre des outils à disposition des clients finaux pour le suivi du contrat et de ses rendements. «Mais elles ont toutes prévu de se doter d’un tel outil à destination des end-users à court terme», précise l’étude.