POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Énergies renouvelables

Le solaire mis en musique à Belval



Les installations photovoltaïques sur les cinq bâtiments du Fonds Belval pourront produire annuellement 2 GWh, soit une réduction annuelle de 1.250 tonnes d'émissions de CO2. (Photo: Maison Moderne / Archives )

Les installations photovoltaïques sur les cinq bâtiments du Fonds Belval pourront produire annuellement 2 GWh, soit une réduction annuelle de 1.250 tonnes d'émissions de CO2. (Photo: Maison Moderne / Archives )

La Rockhal verra son toit couvert de panneaux photovoltaïques courant 2019, tout comme quatre autres immeubles administrés par le Fonds Belval, a détaillé jeudi le gouvernement dans une réponse parlementaire. 35 bâtiments publics pourraient également être équipés dans les années à venir.

Alors que le Luxembourg enregistre, aux côtés de Malte, la plus faible proportion d’énergie renouvelable de l’Union européenne dans son mix énergétique, le gouvernement tente de combler son retard en multipliant les projets liés à la production d’électricité propre.

Après avoir revu à la hausse cet été les subventions pour les particuliers et les entreprises qui décident d’investir dans des installations photovoltaïques, le gouvernement a détaillé jeudi, dans une réponse parlementaire, les projets en cours sur les bâtiments publics.

Un premier appel d’offres lancé

À la suite d’une étude sur le potentiel énergétique des propriétés de l’État, publiée en mai, il ressort que les cinq bâtiments du Fonds Belval — la Rockhal, le Lycée Bel-Val, la Maison du Savoir, la Maison des Sciences humaines et la Maison de l’Innovation — pourraient produire annuellement 2 GWh, et ainsi réduire leurs émissions de CO2 de 1.250 tonnes par an s’ils étaient équipés de panneaux photovoltaïques.

Six mois plus tard, un premier appel d’offres, dont l’échéance est fixée à jeudi 30 novembre, a été lancé pour la Rockhal. «L’ensemble des équipements photovoltaïques prévus sur les cinq bâtiments devrait être opérationnel courant 2019», précise les ministres de l’Économie, du Développement durable et de l’Environnement, dans leur réponse parlementaire.

Déjà 16 bâtiments publics équipés

Dans la même étude réalisée en début d’année, il s'avère que 35 autres bâtiments publics ont été identifiés comme étant «adaptés» aux installations photovoltaïques, pour un potentiel énergétique avoisinant les 7 MW, donc suffisant pour environ 1.600 ménages. Si les ministres ne précisent pas encore à quel montant s’élèveront les travaux pour équiper l’ensemble de ces constructions, ils affirment que les frais seront à la charge «partiellement du Fonds climat et énergie et partiellement du Fonds d’entretien et de rénovation ou des Fonds d’investissement publics.»

À l’heure actuelle, 16 bâtiments publics sont équipés d’installations photovoltaïques pour une puissance électrique maximale totale d’environ 2,1 MW. Le champion étant le Lycée Atert de Redange, avec à lui seul une puissance de 1,35 MW. Le gouvernement recense par ailleurs 66 installations photovoltaïques appartenant à des communes pour une puissance installée de 1,59 MW.

Pour rappel, selon les objectifs fixés par l’Union européenne, Le Luxembourg doit atteindre d’ici 2020 une part de 11% de sources renouvelables dans sa consommation totale d’énergie de 11%. À deux ans de l’échéance, le Grand-Duché est, toujours aux côtés de Malte, l’État qui enregistre les plus faibles proportions d’énergies renouvelables dans son mix énergétique, soit 5% selon Eurostat ou 5,59% selon les chiffres du ministère de l’Économie. Deux accords ont été signés récemment avec la Lituanie et l’Estonie pour importer de l’énergie verte.