ENTREPRISES & STRATÉGIES

Déménagement

Le Lux Future Lab a changé de trottoir



luxfuturelab.jpg

Karin Schintgen, la patronne du Lux Future Lab, et le manager Olivier Selis (Photo: DR)

L’incubateur de BGL BNP Paribas a traversé la rue pour s’établir avec les 18 start-up qu’il héberge dans la Maison Servais.

Tout un symbole. Autrefois siège de la House of Finance, la Maison Servais, située au 59, boulevard Royal (logée entre le boulevard Roosevelt et la rue Notre-Dame) vient d’accueillir les start-up hébergées par le Lux Future Lab, l’incubateur de start-up de BGL BNP Paribas.

Quelques travaux de finition restent à réaliser, mais l’innovation plane déjà dans les locaux (2.000 m2 dont la moitié de bureaux) de la bâtisse (en réalité trois maisons fusionnées) construite à la fin du 19e siècle, qui était d’ores et déjà propriété de la banque. À un trottoir des anciens locaux du Lux Future Lab.

«Il était important de garder un point d’accueil en prime location pour les start-up qui nous rejoignent et sont de plus en plus internationales», déclare Karin Schintgen, directrice responsabilité sociale & relations extérieures chez BGL BNP Paribas.

Ce déménagement permet de donner plus de latitude au Lux Future Lab en termes d’espaces de travail et de locaux dédiés aux visiteurs, lors de formations ou événements par exemple. En raison du statut PSF de certaines des start-up, les lieux sont aussi sécurisés pour répondre aux exigences de la Commission de surveillance du secteur financier.

L'effet réseau 

En plein développement, le Lux Future Lab, qui ne se concentre pas que sur l’ICT stricto sensu, fait profiter les start-up hébergées de l’expertise de BGL BNP Paribas et des initiatives nées dans le réseau de la banque.

«Nous ne sommes pas que dans la location d’espaces de travail», ajoute Karin Schintgen. «Nous voulons encadrer les start-up, leur donner l’accès à des formations, un réseau, une réelle valeur ajoutée. Notre groupe compte ainsi un incubateur actif en Turquie, deux à Paris et deux en Belgique. Ce réseautage correspond aux besoins des start-up car on se rend compte qu’elles vont relativement vite à l’international.»

Avec ce déménagement, le Lux Future Lab veut confirmer sa vocation de soutien à la diversification économique du pays ainsi qu’à l’émergence de nouvelles aventures entrepreneuriales, de nouveaux créneaux économiques.

Cette relocalisation s’inscrit aussi dans la mutation en devenir de la place Hamilius qui concernera aussi l’autre bâtiment détenu par BGL BNP Paribas... et qui abritait donc jusqu’il y a peu le Lux Future Lab.