ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

Best of Archiduc

Le campus francophone va sortir de terre



Le site du futur campus représente 5,4 hectares. (Photo: Atelier d’architecture du centre)

Le site du futur campus représente 5,4 hectares. (Photo: Atelier d’architecture du centre)

Les travaux du futur campus des écoles francophones à Gasperich ont débuté par un terrassement en deux temps. L’objectif d’accueillir les élèves à la rentrée 2017 est maintenu.

Premier coup de pelle symbolique donné lundi 23 février par le Premier ministre, Xavier Bettel, la bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer, ainsi que le ministre de l’Éducation nationale Claude Meisch et l’ambassadeur de France au Luxembourg, Guy Yelda sur le site du futur campus scolaire francophone au Ban de Gasperich.

Alors que le projet qui rassemble l’école maternelle et primaire française et le collège et lycée Vauban avait un peu toussoté ces derniers mois, voici une étape qui marque définitivement le lancement des travaux du futur campus à Gasperich.

«Nous sommes désormais arrivés à un point de non-retour pour ce chantier, bien que je n’aie jamais douté de la réalisation de ce projet d’envergure », commente Stéphane Gutfrind, architecte de l’Atelier d’architecture du centre en charge du projet en association avec le bureau français Beaudouin-Husson Architectes.

Ce premier coup de pelle est l’étape symbolique avant le début des travaux de terrassement qui vont s’étendre jusqu’au mois de juillet.

Le site du futur campus représente 5,4 hectares.

Des fondations en deux temps

«Suite au terrassement, nous allons pouvoir commencer les travaux de fondation et de gros œuvre. Il n’y a pas de phasage prévu, mais les fondations se dérouleront en deux temps: nous commencerons par le haut du terrain où se trouvera l’école maternelle et primaire, et continuerons dans la foulée sur le bas du terrain avec le collège et le lycée.»

Le calendrier n’a pas été modifié et les 45.000 m2 sont bien planifiés pour être livrés pour la rentrée 2017. Ce ne sera toutefois pas sans difficulté, car il faudra également tenir compte d’autres chantiers en cours autour, notamment ceux de la voirie ou encore le chantier du futur centre de secours et celui du centre commercial.

«Il va y avoir un ballet incessant de véhicules à Gasperich dans les prochains mois, et cela donne quelques sueurs froides à nos responsables de la sécurité et de la santé, mais nous sommes confiants et à même de pouvoir gérer cette logistique supplémentaire», rassure Stéphane Gutfrind.