POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Après le départ de Viviane Ecker

L'ADR convié à siéger au Conseil d'État



Le projet de loi réformant notamment la composition du Conseil d’État a été déposé à la Chambre en décembre. (Photo: David Laurent / archives)

Le projet de loi réformant notamment la composition du Conseil d’État a été déposé à la Chambre en décembre. (Photo: David Laurent / archives)

Sans attendre la réforme du Conseil d’État, le gouvernement a proposé au 2e parti de l’opposition le siège laissé vacant par Viviane Ecker.

Le gouvernement de coalition a décidé de profiter du départ de la présidente du Conseil d’État Viviane Ecker, officiellement retirée depuis lundi, pour proposer son mandat à l’ADR. Une information communiquée par RTL après confirmation du député ADR Gast Gibéryen.

Le parti d’opposition réclamait de longue date une place parmi les 21 Sages, qui jusqu’à maintenant étaient nommés par le Grand-Duc sur proposition du gouvernement, de la Chambre des députés et du Conseil d’État.

Le conseil de gouvernement a adopté fin juillet 2015 les grandes lignes de la réforme du Conseil d’État, promettant une «représentativité équitable des courants politiques siégeant à la Chambre des députés». Le projet de loi déposé avant les vacances de Noël suit son cours législatif, ponctué notamment des réserves de Viviane Ecker comme de la commission des institutions.

Mais le gouvernement a décidé de ne pas attendre l’adoption du texte par la Chambre pour inviter l’ADR à siéger parmi les Sages, puisque le parti peut justifier de trois représentants rue du Marché-aux-Herbes depuis au moins deux législatures.

Le parti d’opposition n’a pas encore de candidat à présenter. Ses instances dirigeantes doivent en débattre après les vacances de Pâques. La décision finale sera prise par le comité national du parti.