COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

EXPERTISES - THE HEADHUNTING CORNER

La dimension kaléidoscopique de l’executive search



pic_com_presse.jpg

Crédit Photo: Lamboley Executive Search

Tantôt sourceur des temps modernes, tantôt ambassadeur, tantôt social expert, tantôt marketer, le professionnel de l’executive search, ou chasseur de têtes, a développé un arsenal de nouvelles compétences pour contenter les nouvelles attentes de ses parties prenantes: entreprises et candidats.

Le chasseur de têtes est un sourceur des temps modernes

Pour répondre à un besoin de recrutement, le chasseur de têtes a recours à des techniques de sourcing pour identifier des candidats dans les entreprises. La valeur ajoutée de cette méthodologie tient à trouver des candidats qui ne s’inscrivent pas dans une démarche active, qui ne sont donc pas sur le marché et que les entreprises ne connaissent généralement pas. Le professionnel de l’executive search doit donc maîtriser les écosystèmes de profils, c’est-à-dire savoir où son candidat se trouve. Pour y parvenir, le chasseur de têtes peut compter sur son propre réseau de professionnels qui lui permet de connaître tout (ou presque) du marché du travail. Il a recours également aux recherches booléennes pour utiliser une logique spécifique et des «opérateurs» précis pour s’infiltrer plus profondément dans des moteurs de recherche. Les opérateurs booléens sont utilisés pour étendre, réduire ou affiner une recherche pour la rendre la plus précise possible. Enfin, il doit pouvoir instaurer une relation de confiance dès les premiers mots échangés. C’est une condition sine qua non pour inscrire la démarche dans un environnement de confiance et de partage qui lui permettront lors de la rencontre avec les candidats de gagner du temps et de se concentrer sur la dimension personnelle.

Source. Recruit. Integrate. Don't repeat.

" Don't repeat " : prenez le temps d'embarquer le nouveau collaborateur pour ne pas revenir à la case départ! Sous-estimer l'importance de l'intégration, c'est prendre le risque de voir le talent plier bagage rapidement. D'autant que les bons profils ne manquent pas de sollicitations.


Le chasseur de têtes est un ambassadeur

Tout chasseur de têtes doit être en capacité d’identifier le réel besoin, exprimé ou pas, par son client. En d’autres termes, il lui faut comprendre rapidement les enjeux, les processus, les zones de risque mais aussi les opportunités, et surtout s’approprier la culture d’entreprise de son client. Faire en sorte que les valeurs de l’entreprise entrent en résonance avec celles des candidats est l’essence même de sa valeur ajoutée.

Côté candidats, il faut comprendre les projets de carrière et de vie. Dans quels types d’environnements et de cultures ces derniers pourront s’épanouir. Plus que le métier proposé, les talents sont désormais attentifs au sens des missions et aux perspectives de carrière proposées.

Cette capacité à comprendre, à sentir, à s’approprier des enjeux, une culture, un environnement, mais aussi des contraintes est inhérente au métier de chasseur de têtes. La clé pour mener à bien sa mission? Une maîtrise naturelle et exercée de l’écoute. Le professionnel de l’executive search doit savoir écouter. Comprendre, intégrer, s’approprier pour ensuite mieux conseiller et orienter. Un chasseur est à l’affût.

Le chasseur de têtes est un social (media) expert

Un chasseur de têtes ne peut plus exercer son métier sans prendre le temps d’apprivoiser les médias sociaux, de digitaliser ses prises de parole et d’animer en ligne ses différentes communautés. Il ne suffit pas d’être simplement présent sur LinkedIn, mais de diffuser du contenu à valeur ajoutée et d’engager sa communauté à interagir afin d’instaurer un dialogue et de la faire grandir. Cet investissement d’animation de communauté peut rapidement porter ses fruits: un contact d’aujourd’hui est potentiellement un candidat de demain et un client d’après-demain.

Rayonner sur les réseaux sociaux s’inscrit dans une démarche globale où les interactions humaines constituent la clé de voûte du métier de l’executive search. Les réseaux sociaux lui permettront d’enclencher la première étape de son approche directe avant de rencontrer les individus.

Le chasseur de têtes est un marketer

Un chasseur de têtes connaît son marché, ses cibles, ses concurrents et son environnement. Il élabore des promesses employeurs: une offre, un poste, une carrière, de nouvelles compétences, de nouveaux challenges...
À l’instar d’un mix marketing, le professionnel de l’executive search élabore pour chaque mission un plan qui implique une phase d’analyse et un plan d’attaque.

L’intérêt d’imaginer une démarche marketing est réel: un poste serait un produit; une entreprise serait le lieu où se développer; le prix serait le package; les médias sociaux et les réseaux de contacts seraient les outils de promotion et d’identification et la cible serait le candidat.

À l’aune de cette diversité de compétences, on pourrait apparenter le chasseur de têtes à un artisan ambassadeur à la fois de l’entreprise et du candidat, capable de concevoir une mission de recrutement telle une stratégie de marketing.

 

En savoir plus sur Lamboley Executive Search