POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Tourisme

La destination Luxembourg de plus en plus prisée



bilantouristique.jpg

Le Luxembourg gagne en notoriété, preuve en est le regain d'intérêt des touristes américains ou chinois enregistré en 2015. (Photo: David Laurent / archives)

Avec 2,7 millions de nuitées enregistrées en 2015, le tourisme grand-ducal se porte plutôt bien malgré des vents contraires.

L’année 2015 «s’inscrit dans le développement prometteur du secteur des années précédentes», d’après le bilan établi par le nouveau GIE Luxembourg for Tourism qui remplace l’Office national du tourisme. LFT comptabilise 2,7 millions de nuitées dans le pays, dont 1,7 million dans la seule hôtellerie - «sa meilleure performance jamais enregistrée». Le secteur a vu sa fréquentation grimper de 7,4% pour les séjours de loisirs et de 19,6% pour le segment Mice (meetings, incentives, conferences, events), autrefois appelé tourisme de congrès. Une branche largement dopée par la présidence du Conseil de l’Union européenne au deuxième semestre 2015. Celle-ci a provoqué la venue de plus de 22.600 personnes au Luxembourg. A contrario, le tourisme d’affaires hors Mice – concernant donc des séjours d’affaires individuels – dévisse de 9,6%, pâtissant des contraintes budgétaires des entreprises dans un environnement économique incertain, surtout que les moyens de communication à distance se montrent de plus en plus performants. Le tourisme d’affaires pèse toujours aussi lourd avec 56% des nuitées dans l’hôtellerie.

Le camping sans les bosses

Les campings ont totalisé en 2015 près de 800.000 nuitées, soit 1,3% de moins qu’en 2014 «jugée comme une année exceptionnelle». Les habitudes et demandes des clients évoluent avec la volonté accrue de bénéficier d’un certain confort, d’où les impressionnantes progressions des séjours en camping dit locatif, dans un mobile home par exemple (+71%), et en camping-car (+13%). Un signe encourageant pour les campagnes de promotion à l’étranger: 39% des clients de campings sont des nouveaux venus au Luxembourg.

Les auberges de jeunesse connaissent aussi une croissance notable de leur fréquentation (+3,5%), qui atteint 136.050 nuitées, leur meilleur score depuis 2007 et les événements autour de Luxembourg, capitale européenne de la culture.

Les quatre régions touristiques affichent un taux d’occupation compris entre 51% et 76% et ont vu le nombre de nuitées progresser de 1,6 à 2,7%, sauf la Moselle, plombée par la baisse de l’offre hôtelière. Quant au prix moyen par chambre, il a bondi de 12,3% (contre +7% entre 2013 et 2014) pour atteindre 113,40 euros.

L’orientation stratégique porte ses fruits.

Francine Closener, secrétaire d’État à l’Économie

Les touristes des pays limitrophes confirment leur fidélité, puisque 60% des nuitées ont été réservées par des Hollandais (24%), des Belges (16%), des Allemands (11%) et des Français (9%). La notoriété croissante du Luxembourg comme destination touristique se ressent dans la montée en puissance de pays d’origine plus lointains comme les États-Unis (+14,9%), le Japon (+11,2%) et la Chine (+9,7%).

Autre raison de se réjouir: les sites et attractions touristiques attirent de plus en plus de visiteurs. Les visites guidées de la Ville de Luxembourg frisent les 300.000 visiteurs (+15,8%), les Casemates ont accueilli près de 128.000 curieux (+9,4%), le Mudam près de 91.000 (+14,5%) et le Musée national d’histoire et d’art 60.000 (+42,6%).

La secrétaire d’État à l’Économie, Francine Closener, voit dans ces chiffres encourageants le signe que «l’orientation stratégique porte ses fruits», notamment dans les segments des loisirs et du Mice. L’année 2016 montrera si la professionnalisation des structures touristiques acquise avec le remplacement de l’Office national du tourisme par Luxembourg for Tourism, un groupement d’intérêt économique fédérant des acteurs publics et privés, aura les effets escomptés.