COMMUNAUTÉS & EXPERTISES
RESSOURCES HUMAINES

Engagement

La Charte de la diversité porte ses fruits



shutterstock_1254584059.jpg

Les femmes sont beaucoup mieux représentées dans l’effectif total des signataires de la charte (52%) que dans les autres entreprises (41% au niveau national). (Photo: Shutterstock)

57% des entreprises signataires de la charte lancée en 2012 par IMS Luxembourg ont adopté le télétravail cette année, soit 20% de plus qu’en 2016. C’est ce qui ressort notamment du dernier baromètre «Diversité & Entreprise Lëtzebuerg», présenté ce mardi.

De 85 en 2014, les entreprises ayant répondu au troisième baromètre «Diversité & Entreprise Lëtzebuerg» pour cette année 2018 sont passées à 138. Réalisé tous les deux ans par IMS (Inspiring More Sustainability) Luxembourg, en partenariat avec le Liser, il présente un état des lieux des pratiques mises en place par les signataires de la Charte de la diversité, lancée en 2012. 

«174 entreprises sont signataires de la charte, mais toutes n’acceptent pas de répondre au questionnaire de 53 questions», a ainsi expliqué Catia Fernandes, coordinatrice de la Charte de la diversité, ce mardi, lors d’une conférence de presse présentant les résultats du baromètre. «74% sont des organismes privés, 12% des publics, et 13% des associations. L’ensemble représente plus de 15% de la masse salariale au Luxembourg. Le baromètre permet d’avoir une photo des pratiques en matière de diversité.»

Des bénéfices économiques

Et parmi les éléments marquants de ce troisième baromètre, il y a notamment le fait que les entreprises déclarent, à 57%, avoir adopté le télétravail, alors qu’elles n’étaient que 37% il y a deux ans. Elles sont également 92% (contre 88% en 2016) à avoir mis en place des horaires flexibles lors de l’implémentation d’une politique de gestion de la diversité concernant les conditions de travail. L’une des tendances est de traiter le sujet du bien-être des collaborateurs, notamment en ce qui concerne l’équilibre vie privée/vie professionnelle: 82% des signataires priorisent ce sujet.

«Ce que l’on constate également, c’est que les nouveaux signataires (après 2015) considèrent surtout la charte comme l’opportunité d’une mise en conformité avec la loi (54%), alors que les anciens signataires (avant 2015) voient davantage les bénéfices économiques (création d’opportunités sur de nouveaux marchés pour 63%)», ajoute Nicolas Poussing, chercheur du Liser.

L’impact du Diversity Day 

23% des conseils d’administration sont composés de plus de femmes que d’hommes. Ce chiffre était de 19% en 2016. «Malgré l’augmentation des femmes au sein des CA, les hommes restent majoritaires aux postes à responsabilité (34% de femmes cadres, contre 66% d’hommes)», est-il précisé dans l’enquête. «Or, on note que les femmes sont beaucoup mieux représentées dans l’effectif total des signataires de la charte (52%) que dans les autres entreprises (41% au niveau national).»

Pour rappel, la Charte de la diversité Lëtzebuerg est un texte de six engagements proposé à la signature de toute organisation implantée au Luxembourg, qu’elle soit privée ou publique, avec ou sans but lucratif, et quelle que soit sa taille. Parmi les différentes actions menées par le Comité pour la Charte de la diversité, c’est le Diversity Day qui a eu l’impact le plus important pour 23% des signataires.