ENTREPRISES & STRATÉGIES
SERVICES & CONSEILS

Au Kirchberg

KPMG inaugure son nouvel écrin



kpmg_newbuilding_illu.jpg

Moins de trois ans après la pause de la première pierre, le nouveau bâtiment de KPMG, érigé par le groupe Giorgetti, jouxte le bâtiment de la Deutsche Bank. (Photo: KPMG)

C'est au tour de KPMG de célébrer officiellement l'inauguration de son nouveau siège, ce soir en présence du Premier ministre. En bordure de la future ligne du tram, le bâtiment a été pensé autour d'une autre gestion de la mobilité et d'une intégration de la technologie.

Cette semaine est doublement importante pour KPMG Luxembourg. Après les résultats annuels du cabinet d'audit et de conseil présentés lundi, place ce jeudi soir à une cérémonie réunissant plusieurs centaines d'invités – clients, partenaires et officiels – pour marquer officiellement la prise de possession du 39, avenue John F. Kennedy. L'adresse du désormais siège de la firme qui emploie quelque 1.300 collaborateurs permet de les réunir sous un seul toit, contre cinq auparavant.

Si l'heure est aux derniers réglages des détails du programme des festivités, les employés ont quant à eux déjà eu le temps de prendre leurs marques depuis mi-décembre. Une ambiance, entre passé, présent et futur revendiquée dès le début du projet (la première pierre a été posée en avril 2012), la facture de la façade du bâtiment composée d' acier – une signature du bureau d'architectes Hermann & Valentiny  en référence au passé industriel du pays n'étouffe cependant pas le visiteur à l'intérieur du bâtiment.

L'ambiance y est certes dorée eu égard aux couleurs choisies mais épurée, avec des matériaux pensés pour coller au concept de l'économie circulaire.

L'accent a aussi été mis sur la technologie et l'accès à l'information rapide via différents canaux. Une approche 2.0 via ce nouveau bâtiment que le cabinet souhaitera partager ce jeudi soir avec ses convives.

«La technologie a profondément changé la manière dont les collaborateurs envisagent le travail, déclare Patrick Wies, associé chez KPMG, en charge du projet du nouveau bâtiment. Nous avons investi de façon considérable dans la connectivité de nos employés. Nous nous sommes aussi dotés de différents outils comme un écran Led en extérieur ainsi qu'un lustre sur lequel il est possible de réaliser des projections en intérieur afin de susciter l'interaction de chaque côté.»

Revoir la relation à l'espace de travail

Véritable casse-tête des employeurs de la Place – a fortiori pour les firmes qui dépassent le millier d'employés – la gestion de la mobilité au sens large nécessite de nouvelles approches. Cela vaut tout d'abord pour les espaces de travail des collaborateurs.

«Nous avons repensé et changé nos open spaces et plus personne, même les associés, ne dispose de bureau dédié, ajoute Patrick Wies. Nous voulons susciter l'interaction entre le staff, quel que soit le niveau de séniorité. Cette approche renforce par ailleurs les notions de discipline et de respect de la confidentialité.»

On sent aussi une certaine inspiration venue d'outre-Atlantique dans l'utilisation des mètres carrés. Ici une salle de repos. Là-bas un coffee corner à l'ambiance nordique. On n'est pas encore chez Google mais le lieu de travail n'est plus un ensemble de silos qui travaillent les uns isolément des autres.

«Nous avons mis aussi à plat les flux de communication et de circulation des documents internes pour parvenir à un objectif maximal de paperless. Les équipes de support ont à ce titre un rôle important pour maîtriser les flux de papier», indique Patrick Wies.

Une autre mobilité 

La gestion de la mobilité vaut évidemment aussi pour les trajets. D'autant plus dans un quartier comme celui du Kirchberg arrivant par endroit à maturité voire saturation en termes d'occupation. Choix stratégique pour la firme qui emploie 683 frontaliers, soit presque la moitié de son staff, KPMG a baissé drastiquement ses places de parking: 135 dans le bâtiment. Un nombre auquel s'ajoutent des places supplémentaires dans les environs grâce à des accords conclus avec des infrastructures avoisinantes. La firme a également offert des cartes de transport gratuites à ses collaborateurs.

«Nous avons aussi formé des groupes de travail sur le sujet de la mobilité externe pour tenir compte des opinions. Cet aspect reste un point névralgique mais en même temps notre population est jeune, avec une moyenne d'âge de 29 ans. Ce qui a certainement facilité l'acceptation du nouveau modèle.»

L'acquisition de voitures électriques pour des déplacements professionnels urbains vient compléter le dispositif, au même titre que l'arrivée du tram en bordure du bâtiment  normalement  d'ici 2017 sera un atout supplémentaire.

Taillé à la taille de la firme par le biais d'une joint-venture entre KPMG et le groupe Giorgetti, le bâtiment en cours de certification BREEAM pourrait accueillir jusqu'à 1.400 employés. Il recevra ce soir plusieurs centaines d'invités, dont le Premier ministre Xavier Bettel, le ministre des Finances Pierre Gramegna, le ministre du Développement durable et des Infrastructures François Bausch et le ministre du Travail Nicolas Schmit.

D'ici quelques mois, un autre Big Four, EY, entamera aussi son déménagement vers le Kirchberg. Alors que PwC (déjà établi) et Deloitte ont quant à eu élu domicile pour leur nouveau siège au Ban de Gasperich.