POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

#CELEBRATINGLUXEMBOURG

«Fier de mon pays quand il s’ouvre à ceux qui souffrent»



gast_waltzing.jpg

Gast Waltzing a été nommé commandeur de l’Ordre de la Couronne de chêne lors de la Fête nationale 2016. (Photo: Maison Moderne)

2017 est l’année de célébration du Luxembourg pour Maison Moderne, qui met à l’honneur les ambassadeurs du pays à l’étranger. «Celebrating Luxembourg» est consacré cette fois à Gast Waltzing.

Trompettiste, compositeur, chef d’orchestre… Gast Waltzing est un musicien très complet. Après avoir accompagné la carrière de nombreux jeunes artistes de jazz, composé plus de 200 musiques de films et enregistré des dizaines de disques avec diverses formations, il a remporté un Grammy Award dans la catégorie «Best World Music Album» pour «Angelique Kidjo Sings with the Orchestre Philharmonique du Luxembourg» où il dirige l’orchestre et signe les arrangements. Une carrière qui lui a valu d’être nommé commandeur de l’Ordre de la couronne de chêne lors de la Fête nationale 2016.

Monsieur Waltzing, votre travail contribue au rayonnement à l’international du Luxembourg. Quand en avez-vous pris conscience pour la première fois?

«J’ai toujours été un ambassadeur pour faire vivre la musique luxembourgeoise à l’étranger. Mais c’est surtout en recevant le Grammy Award que j’ai réalisé que le Luxembourg existait sur la scène internationale.

Comment se positionne la musique luxembourgeoise à l’international?

«C’est très difficile à juger. Plusieurs artistes luxembourgeois se positionnent bien dans le monde de la musique, notamment dans le jazz. De là à dire qu’on aurait une influence sur la scène musicale internationale, je ne crois pas. Mais on y travaille, il ne faut pas désespérer.

Le Luxembourg est un pays «fiable, dynamique et ouvert». Reconnaissez-vous le Luxembourg dans ces mots-clés retenus par le gouvernement?

«Fiable, je dirais que oui, c’est un pays qui inspire la confiance, à raison. Dynamique, parfois et sans doute de plus en plus. Ouvert, peut-être, mais plutôt lent à prendre des décisions décisives dans le domaine de la culture.

Que vous disent vos interlocuteurs à l’étranger sur le Luxembourg?

«On a tendance à se penser comme très important. Mais à 200km d’ici, plus personne ne parle vraiment du Luxembourg. Alors quand je suis au Japon ou aux États-Unis, peu de gens connaissent ou ont une image du pays. Malheureusement, quand ils ont une idée sur le Luxembourg, ils parlent plus de finance que de culture.

Celebrating Luxembourg

Et qu’est-ce que vous leur répondez pour leur donner envie de visiter le Luxembourg?

«Je leur dis de venir voir. C’est la meilleure façon de montrer aux étrangers que le pays est beau, qu’on y mange bien et qu’on aime boire un verre et faire la fête. Je leur parle aussi du mélange de tellement de nationalités différentes dans un si petit pays.»

À quelle occasion étiez-vous particulièrement fier du Luxembourg?

«Je suis fier de mon pays quand il aide les personnes qui ont besoin d’aide et qui fuient les guerres, comme quand nous avons ouvert le pays à ceux qui arrivaient de Serbie.»

L’aventure #CelebratingLuxembourg continue sur celebratingluxembourg.com pour découvrir toutes les personnalités.