POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Discours

Droit de vote des étrangers: un référendum pour 2015



bettel_discours.jpg

Une première pour Xavier Bettel devant les députés luxembourgeois. (Photo: Christophe Olinger)

Le Premier ministre Xavier Bettel a prononcé son premier discours pour dévoiler les grandes lignes du programme gouvernemental. Extraits.

Le programme de la coalition bleue, rouge et verte étant largement connu depuis une semaine, Xavier Bettel n’a pas créé la surprise ni fait retenir leur souffle aux députés et au public ce mardi en présentant la déclaration de gouvernement. L’exercice manquait toutefois un peu de style personnel de la part de celui qui a promis de gouverner autrement.

Après une minute de silence dédiée à la mémoire de Nelson Mandela, demandée par le président de la Chambre, Mars di Bartolomeo, la seule surprise majeure du discours de M. Bettel a été l’hommage rendu à son prédécesseur Jean-Claude Juncker: «Le gouvernement précédent nous a laissé des fondations fortes», a-t-il dit en regardant à sa droite où siège désormais le chef de l’opposition au parlement. «Jean-Claude, je voudrais te dire un grand merci pour tout ce que tu as fait. Cela mérite le respect et la reconnaissance», a-t-il ajouté. Un hommage d’ailleurs très applaudi par les députés de tous les bords.

Tous ensemble

Pour le reste, le Premier ministre a fait l’inventaire des grands points du programme des cinq prochaines années, rappelant le leitmotiv commun qui devrait servir de ligne de conduite à son gouvernement bariolé bleu, rouge et vert: «l’ouverture, la responsabilité et la cohésion». Il a également insisté sur la nécessité d'impliquer l'ensemble de la population pour la mise en oeuvre des réformes souhaitées.

Il a notamment confirmé la tenue, en 2015, d'un référendum pour tenir compte de la voix de tous les citoyens sur des droits aussi fondamentaux que celui du vote des étrangers, de la limitation des mandats politique, le financement des cultes et l’abaissement du droit de vote à partir de 16 ans. «Nous voulons un débat sérieux», a prévenu M. Bettel.

TVA super-réduite maintenue

La question des finances publiques occupe, évidemment, une part importante dans les 48 pages de son discours. Xavier Bettel a évoqué une «réforme globale» des impôts et une hausse «incontournable» de la TVA.

Néanmoins, le Luxembourg maintiendra son taux super-réduit à 3% et le premier ministre entend garantir que le pays continuera à avoir le taux le plus faible de l'Union européenne.

Pas question, pour autant, de précipiter les choses. Le premier ministre annonce ainsi que des analyses détailles seront d’abord menées avant de voir comment cette réforme sera opérée. 

Comme prévu, le système d'indexation automatique des salaires tel qu'il est en vigueur depuis deux ans, sera maintenu tel quel au moins jusqu'en 2015: il n'y aura, d'ici là, pas plus d'une tranche indiciaire par année.

Réforme scolaire: on recommence!

Sur le front de la place financière, le Premier ministre souhaite que soit établi un calendrier précis pour ce qui est du processus d'échange automatique d'informations (loin des reproches émis, au même moment, par certains ministres européens des Finances. Xavier Bettel a insisté sur la nécessité d’établir les mêmes règles pour tout le monde. 

Quant au système scolaire, Xavier Bettel souhaite qu’il soit le moins inégalitaire possible. Et il prévient déjà que le projet de réforme mené ces dernières années par la ministre LSAP Mady Delvaux-Stehres sera réexaminé.

«Nous ne sommes pas des révolutionnaires», a-t-il conclu vers 16h10. «Nous voulons fermer les fossés qui se sont creuser et éviter d'en créer de nouveaux.» Cette fois ci, seule une grosse moitié du parlement s'est fendu d'applaudissements, l'aile CSV restant impassible. Bienvenue dans l'opposition...