POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Philanthropie

Davantage de générosité pour l’Œuvre en 2016



c_cell_asbl.jpg

Pour l’Œuvre, l’intégration des migrants se fait à travers le financement de différentes asbl, dont fait partie notamment le Centre for Ecological Learning Luxembourg. (Photo: DR)

En réponse au phénomène migratoire notamment, l’Œuvre nationale de secours Grande-Duchesse Charlotte a – en complément des revenus de la Loterie nationale, qu’elle redistribue dans le social, le sport ou la culture – utilisé ses réserves pour distribuer au total plus de 35 millions d’euros d’aides financières l’an dernier.

L’Œuvre nationale de secours Grande-Duchesse Charlotte, plus communément dénommée l’Œuvre, a présenté ce lundi son rapport annuel 2016.

Créée à l’origine pour venir en aide aux Luxembourgeois victimes de la guerre 40-45, ses activités ont évolué au fil du temps. En plus de sa mission initiale, l’Œuvre gère et organise en effet aujourd’hui la Loterie nationale et participe aux dépenses des offices sociaux communaux et du Fonds national de solidarité.

Elle soutient également des organismes actifs dans le domaine social, et contribue au financement de projets dans les domaines du sport, de la culture et de la protection de l’environnement.

15 millions pour les migrants

L’an dernier, à travers de nouvelles initiatives et des appels à projets visant à soutenir l’inclusion sociale, la tolérance, la lutte contre la toxicomanie, ou encore la promotion de l’art, l’Œuvre a soutenu 157 projets sur 239 qui lui ont été soumis.

L’ensemble a représenté un montant de 19,8 millions d’euros, dont 15 millions pour le seul projet «Mateneen», dont Pierre Bley – président de l’Œuvre et de la Loterie nationale – a rappelé qu’il avait été mis en place fin 2015 pour répondre au phénomène migratoire «en apportant un soutien crucial à la mobilisation extraordinaire de la société civile luxembourgeoise».

À ce montant se sont encore ajoutés 10,4 millions d’euros versés aux offices sociaux communaux et au Fonds national de solidarité, et 5,3 millions d’euros qui sont allés aux bénéficiaires récurrents de l’Œuvre que sont – dans le social, le sport, la culture ou l’environnement – la Croix-Rouge luxembourgeoise, la Fondation Caritas, le Comité olympique et sportif luxembourgeois (COSL), ou la Fondation Hëllef fir d’Natur.

La Loterie nationale en léger recul

Au total, ce sont dès lors 35,5 millions d’euros – contre 23,8 millions d’euros en 2015 – qui ont été investis dans la philanthropie l’an dernier par l’Œuvre, alors que celle-ci a clôturé l’exercice 2016 sur un résultat net de 20,7 millions d’euros, la contraignant à utiliser une partie de ses réserves, mais aussi, par la même occasion, lui permettant d’équilibrer la situation de ses reports budgétaires.

Quant à la Loterie nationale, sa principale contributrice, elle a enregistré l’an dernier – «dans un secteur en pleine évolution», selon son directeur Léon Losch – un résultat brut de 97,6 millions d’euros, en baisse de 1,8% par rapport à 2015, et un résultat net de 22,8 millions d’euros.

C’est l’EuroMillions – qui a fait trois millionnaires l’an dernier au Grand-Duché – qui demeure le jeu préféré des résidents luxembourgeois, devant le Lotto et les jeux de grattage.