POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Assises culturelles

C’est maintenant que ça commence



assiseskox.jpg

Retiré de la direction du Casino, Jo Kox dispose désormais d’une mission de 16 heures par semaine pour faire perdurer les échanges des Assises culturelles. (Photo: Christophe Olinger)

Les Assises culturelles se sont clôturées samedi midi sur l’annonce du choix de Jo Kox comme chargé de leur suivi. Il y a du pain sur la planche.

Devant un parterre légèrement moins nourri qu’à l’ouverture la veille, Xavier Bettel, Premier ministre et ministre de la Culture, a clôturé les Assises culturelles samedi en appelant à un dialogue constructif avec le secteur culturel: «On n’est qu’au début du processus, la participation de ceux qui font la culture tous les jours est essentielle pour mettre en place le plan de développement culturel.»

Xavier Bettel, en clôture des Assises culturelles

Et pour ne pas rester sur de vaines paroles, le ministre a annoncé du concret: Jo Kox a été chargé de faire le suivi des Assises et d’approfondir les discussions. Il devra mettre en place un groupe de travail, qu’il pourra composer à sa guise pour œuvrer à l’analyse de l’existant, définir des priorités et élaborer une stratégie. Il ne dispose cependant que d’une mission de 16 heures par semaine. Ce qui n’est pas bien lourd pour mettre en place une véritable politique culturelle et le plan de développement promis depuis longtemps.

Il faut amener les gens vers la culture, mais également amener la culture aux gens.

Xavier Bettel, Premier ministre

Xavier Bettel a également annoncé que le budget de la Culture allait être augmenté pour 2017 et que l’objectif du 1% du budget de l’État était en ligne de mire. Il a rappelé que la culture devait être au centre de la société, car elle constitue un ciment social et un élément de l’intégration: «Il faut amener les gens vers la culture, mais également amener la culture aux gens.» 

Auparavant, les rapporteurs des quatre tables rondes avaient résumé les discussions qui avaient eu lieu. Tous ont regretté le peu de temps accordé à la salle lors des discussions tout en soulignant l’intérêt de nombreuses interventions.

Plusieurs tables rondes étaient organisées durant les Assises culturelles

Jo Kox, rapporteur de la table ronde «Promouvoir la création artistique. Quelle stratégie?» a choisi de ne pas présenter de rapport, mais de faire une annonce personnelle sur l’avenir du Focuna qu’il préside et qu’il souhaite voir devenir le «Luxembourg Art Council». Un projet de réforme déjà sur la table du ministre et de son secrétaire d’État.

En sortant de la salle, les avis étaient plutôt positifs, appréciant l’interdisciplinarité et la transversalité des discussions, mais beaucoup attendaient de voir comment le suivi allait être assuré. On sent une certaine impatience chez les participants, qui espèrent désormais des résultats concrets.

Les trublions de Richtung 22, qui avaient déjà affiché leur mécontentement vendredi en dénonçant l’absence de jeunes et d’étudiants à la table ronde sur la question de l’enseignement, sont partis clairement déçus de ces journées de discussions.

«C’est un événement pour les institutions et les artistes établis auxquels le ministère veut montrer de l’attention. On ne donne aucune vision d’avenir aux 1.200 jeunes qui étudient dans un domaine artistique», regrettait un des membres du collectif.